AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

jane ☾ ad astra per aspera.
avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : shining heart.
— XP : 219
— PRÉSENCE : quotidienne.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : ce n'est pas encore d'actualité. (a)
— CRÉDITS : 274

— RACE : humaine, sans anomalie physique quelconque.
— SPÉCIALITÉ : soldat, là où l'action la guide et la renforce.
— LIEU D'HABITATION : le nexus, plus précisément, dans le secteur sud des quartiers résidentiels.
— ÂGE : trente-deux années où le combat, où la guerre, où les pertes ont comblé ses années.
— PROFESSION : lieutenant-commandant & spectre.
— FACTION : l'alliance.
— ARMES : la n7 possède un M-8 Avenger (fusil d'assaut), un Stiletto (pistolet) & un M-23 Katana (fusil de pompe).
— O.SEXUELLE : homosexuelle, seules la douceur et la sensualité d'une femme parviennent à traverser le coeur de la lieutenant.
— AMOUREUSEMENT : complexe, l'essence de son coeur est perturbée.
Posté Lun 12 Mar - 17:24
Jane Shepardyou will continue to survive
NOM & PRÉNOM + Un nom de famille qui ne passe pas inaperçu... Un nom de famille qui ne cessera, à jamais, de poursuivre cette jeune femme... Shepard, un nom qui possède une longue histoire aventureuse, trépignante, intrigante et passionnante. Un nom qui continuera de faire partie du patrimoine de l'intrépide Jane qui porte ce prénom comme un cadeau, une fierté. SURNOM + Pouvons-nous qualifier ce titre comme un surnom...? Certainement pas. Néanmoins, beaucoup de ses collègues ou encore de ses 'subordonnés' aiment à l'appeler lieutenant ; ce qui est plus simple que de l'appeler lieutenant-commandant. Néanmoins, pour beaucoup, ils apprécient à l'appeler Shepard, tout comme à l'image de son frère.  AGE +Trente-deux années où le combat, où la guerre, où les pertes ont comblé ses années. RACE + Ce n'est pas sans surprise que la guerrière combattante fait partie de la race humaine. Jamais, n'a-t-elle eu le désir de vouloir appartenir à une autre race, parmi toutes ces multitudes siégeant au sein de la galaxie. Les humains disparaissent, les créatures d'autres mondes augmentent. Pour l'éternité, demeurera-t-elle une humaine, jusqu'à la fin. LIEU D'ORIGINE + Une planète bleue. Une planète qui manque à la vie mouvementée de Jane. Une planète qui aurait mérité tellement mieux que d'être détruite aussi férocement... La planète Terre est sa terre d'accueil, ayant vu le jour à Vancouver, au Canada, 85 secondes après la naissance de son frère, John. PROFESSION + La justice, les arrestations, les meurtres aussi parfois, mais surtout le sauvetage... C'est au sein de l'Alliance intergalactique que Jane a su trouver un travail qui vient à correspondre à ses espérances. A l'image de ces générations militaires que connaissent les Shepard, Jane est une militaire durement entraînée, ayant intégré les Forces Spéciales N7 de l'Alliance  très récemment,  devenue aujourd'hui lieutenant-commandant au sein de cette dernière. De plus, c'est depuis peu que la militaire s'est vue être octroyée du statut de "Spectre humain" par le Conseil du Nexus. LIEU D'HABITATION + C'est au sein du  Nouveau Nexus  que la militaire a posé ses valises, plus précisément, dans le secteur sud  de la zone résidentielle de ce dernier. Un appartement de taille moyenne, moderne, s'alliant gracieusement à la beauté même du secteur, offrant à la jeune femme une vue idyllique sur un jardin bien entretenu où son esprit peut s'évader sans le moindre encombre. SITUATION AMOUREUSE + De manière officielle, nous pouvons considérer la Lieutenant-Commandant comme étant une femme célibataire. Néanmoins, la situation est un peu plus complexe. Réussir à parvenir dans la galaxie d'Andromède est un exploit auquel Jane a encore eu du mal à réaliser, d'autant plus que la silhouette de cette douce brune à la détermination infaillible repose sur ce bijou précieux qui demeure posé autour de son cou. Un souvenir de la Voie Lactée dont Jane ne s'en sépare jamais... Un souvenir qui se voit devenir réel... Un souvenir que la Spectre tarde de pouvoir retrouver désormais... ORIENTATION SEXUELLE +  Homosexuelle, Jane a toujours éprouvé de l'attirance pour la tendresse de la gente féminine et cela ne risque pas de changer de sitôt. FACTION + C'est comme une évidence. C'est comme une suite logique de plusieurs mots. Depuis l'âge de ses dix-huit ans, elle voue corps et âme son travail, sa motivation, sa ténacité, sa détermination à l'Alliance  intergalactique. Bien que, de toute évidence, Jane éprouve beaucoup de rancœur et de colère envers l'ancien Conseil de la Citadelle. ARMES + La N7 possède un M-8 Avenger (fusil d'assaut), un Stiletto (pistolet) & un M-23 Katana (fusil à pompe).  SPECIALITE + Bien qu'elle ait pu se spécialiser en tant que franc-tireuse, Jane est un Soldat d'élite jusqu'au bout des ongles.

Paragon ☩ renegadela moralité de ton personnage





Jane Shepard est une personne à part entière. C’est une femme d’action, mais aussi de cœur. A la première rencontre, il est très difficile de pouvoir la cerner. Ce n’est pas une femme qui est prête à tout dévoiler dès le premier coup d’œil, surtout depuis la destruction de la Voie Lactée…

Si nous devons commencer par un début, autant prendre à parti l’enfance de la militaire. La petite Jane avait déjà un fort caractère. Un fort caractère qui n’a jamais cessé d’être testé par son frère, John. Malheureusement pour lui, Jane avait toujours une sacrée bonne réplique à lui rétorquer : elle savait s’imposer et lui tenir tête ; c’est toujours le cas d’ailleurs ! Mutuellement, ils se respectent et sont toujours l’un pour l’autre. Inutile de préciser que Jane tient énormément à son frère et qu’elle serait prête à tout pour le sauver, pour le protéger et pour le soutenir, qu’en importeraient les dires de certains. Après tout, ils sont bien des jumeaux : l’union fera toujours la force, quoi qu’il en coûte. Ceci dit, il faut préciser que Jane ne se laisse jamais marcher sur les pieds ! Qu’importe l’âge de la jeune femme, elle a toujours eu la force et le tempérament nécessaires pour se dresser face à ses emmerdeurs et à s’en sortir toujours plus victorieuse encore. Cette force de caractère, elle le doit à son père ainsi qu’à sa mère : de parfaits militaires qui ont toujours été entraîné à être les meilleurs et qui sont parvenus à inculquer cela à leurs enfants. Il ne faut pas essayer de chercher des problèmes avec Jane : vous risqueriez de vous en mordre les doigts !

Jane n’a pas pour habitude de rester stoïque, de rester immobile, de rester les bras croisés face à une situation stressante, ou face à des personnes en danger qui ont besoin de son aide. Jane ne se considère pas comme une héroïne ou comme une justicière. Elle estime simplement qu’il est normal d’apporter d’un peu de son temps à ceux qui en ont le plus besoin. C’est plus fort qu’elle de toute façon. Cœur sur la main, elle n’hésitera jamais à aider et elle n’a pas besoin d’une récompense quelconque pour l’action apportée ! De plus, Jane est une femme remplie de convictions et de croyances qu’elle n’hésite jamais à les défendre. C’est une femme franche, loyale et honnête, en somme.

Les prises de responsabilités, c’est une affaire de famille. Bien que John a été le principal intéressé/concerné quant aux affaires des Moissonneurs et les missions s’y accompagnant, Jane a toujours été impliquée là-dessus que ce soit de près ou de loin. Femme de responsabilités, Jane a toujours assumé ses prises de décisions. A contrario, elle a également assumé les pertes qui se sont déroulées au cours de ses missions et ce, même si elle a tout mis en œuvre pour que le désastre n’arrive pas… C’est toujours une douleur que de perdre des âmes innocentes… Une cicatrisation qui a encore énormément de mal de se résorber aujourd’hui. Mais malgré les épreuves difficiles ou celles qui ne font que plaisir au moral, Jane est aujourd’hui une femme sûre d’elle et qui a la tête sur les épaules. Elle ne prend jamais de missions à la légère et cela en est de même quand elle doit prendre des décisions. Jane mesure toujours le pour et le contre. C’est vital.

Au cours de sa carrière, depuis qu’elle a eu ses dix-huit ans, Jane n’a jamais cessé de faire ses preuves pour se dépasser et donner, sans relâche, le meilleur d’elle-même. Malheureusement, avec le nom de famille qu’elle porte, on ne cesse de la mettre dans l’ombre de son frère : le grand commandant Shepard se joue-t-elle à rétorquer dans un sarcasme signifiant. Bien qu’elle soit fière du travail accompli par John, Jane déteste, au plus haut point, être dénigrée et être traitée comme une femme incapable de faire quoi que ce soit. Et elle peut être fière de dire qu’elle a réussi à fermer le clapet à plus d’un ! Avec de la détermination, de la persévérance et une implication digne de ce nom, Jane a su leur montrer que c’est une vraie femme militaire, une véritable guerrière ! Cela s’est démontré notamment lorsqu’elle reçut une médaille de la part du Conseil de la Citadelle pour la remercier de sa bravoure face à une bataille contre les Récolteurs et ayant permis à la survie de son équipage. Autant dire que ça été une marque de reconnaissance et de respect pour elle.

A défaut, Jane est une personne sur laquelle on pourra toujours compter. C’est une jeune femme qui accorde toujours une oreille attentive à ceux qui le veulent et qui le demandent. Altruiste, sa générosité se montre à réaliser des petites missions quand certains aimeraient récupérer quelque chose qu’ils ont perdu et souhaiteraient retrouver. Ce n’est pas grand-chose. Ca ne prend pas beaucoup de temps pour Jane de les faire, alors si ça peut faire plaisir et apporter une certaine sérénité, elle le fait et c’est tout ce qui compte. Ce n’est uniquement quand on parvient à vraiment la connaître qu’on peut découvrir sous cette carapace de femme guerrière, une femme douce et tendre. Une femme qui a le cœur sur la main, une femme qui désire, une femme qui espère, une femme qui sera toujours présente pour ses proches, envers et contre tout. Jane est une femme indépendante. Elle n’aime pas qu’on la dirige et qu’on lui donne des ordres : ce n’est pas un petit toutou qu’on peut manipuler facilement. Désormais, Jane ne vit plus sous l’ombre de son frère. C’est une femme militaire à part entière à présent et elle s’est promis que ça n’arriverait plus jamais, car elle est capable de beaucoup et d’énormément de choses… Après tout, recevoir cette médaille, puis ce statut de spectre est la preuve de ce dont elle est capable. Mais, si vous cherchez encore à la tester, sachez que vous ne réussirez qu’à éveiller la bête qui sommeille en elle et que ce sera à vos risques et périls que de vous mesurer à elle !


A propos de Jane ShepardOn veut tout savoir de lui.

PHYSIQUE +  Lorsque nous apercevons cette jeune femme au loin, nous constatons assez rapidement la taille relativement moyenne/grande de cette dernière. Nous pouvons facilement dire qu’elle oscille entre le mètre 70 ou 75. Bien que, en toute sincérité, la militaire mesure 178 centimètres. Puis, c’est une autre caractéristique qui se fait remarquer, qui saute aux yeux : c’est cette courte chevelure rousse flamboyante que l’on observe sur sa crinière. Difficile de passer inaperçu avec ce type de couleur, mais cela ne fait que révéler la personnalité forte et indépendante de Jane. Cette dernière a toujours eu des cheveux courts. Son enseignement dans le corps militaire l’a bien conditionné à ne pas laisser ses cheveux trop pousser. Mais, cela ne lui déplaît pas et apprécie cette coupe, au point de la rectifier dès que la longueur de ses cheveux devient trop longue à son goût. Le bleu-vert dessine l’intérieur de son regard hypnotisant et ravageur. Bien que l’on puisse constater l’expression sérieuse et parfois stricte sur son visage, nous pouvons aisément apercevoir la douceur, la finesse dans la forme de ses lèvres constamment rosées. Un nez fin, s’alliant parfaitement à un teint de peau clair, pouvant tirer quelque peu vers un doux bronzage. Jane a pris l’habitude de se maquiller de façon très légère, presque pour laisser davantage le naturel ressortir. Une habitude pour rester féminine et de ne pas rester cantonner dans un esprit militaire bien ordonné.

En tant que femme humaine, Jane ne possède pas particulièrement de spécificités physiques. Néanmoins, son ventre est la victime d’une longue cicatrice ayant vu le jour suite à une confrontation avec les Récolteurs. La douleur se ressent encore très légèrement lorsque son doigt caresse la cicatrice. Légèrement au-dessus de son arcade sourcilière gauche, une entaille. Celle-ci provient de son deuxième entraînement militaire, dans sa jeunesse. Plus récemment encore, Jane possède plusieurs hématomes sur son corps, notamment sur son dos où les stigmates persistent. Se battre envers les Moissonneurs laisse des séquelles. Avoir été en stase n’a pas suffi à lui faire oublier la douleur, la souffrance psychologique de cette bataille. Ça ne lui fait que rappeler qu’elle est encore vivante pour venger toutes ces pertes de ces horribles monstres.

Malgré les apparences, Jane n’est pas un garçon manqué. Bien que ses tenues se familiarisent au masculin car le port de l’armure le demande, Jane possède, dans sa garde-robe, plusieurs vêtements qui mettent délicatement, gracieusement, naturellement, ses courbes en valeur, sans entrer dans le vulgaire : chose qu’elle ne supporte nullement. Ainsi, peut-il lui arriver, quand la situation l’exige, de porter une robe s’arrêtant au-dessus des genoux avec une paire d’escarpins, tout en élégance. Ceci dit, au quotidien, elle porte, bien généralement, un pantalon accompagné d’un léger pull, d’un t-shirt ou d’un débardeur pour être libre dans ses mouvements. Souvent, lui arrive-t-il d’harmoniser le tout avec le port d’une veste en cuir, le tout avec des baskets que ses pieds remercient tant le confort est de mise.

Concernant le style d’armure qu’elle peut arborer, c’est à l’image de chaque N7 de l’armée de l’Alliance. L’armure est essentiellement pourvue de plaques en céramiques ablatives avec un rembourrage cinétique, possédant une I.V. permettant de réguler l’OmniTech. Les couleurs sont sobres : principalement le noir en est la couleur primaire, et le rouge apporte un élan de luminosité sur les bras de l’armure. Les dégâts sont absorbés et on peut dire que Jane garde une certaine nostalgie quand elle porte son armure : rempli de souvenirs, et d’émotions…


LES ANECDOTES + L'enfance de Jane a été tumultueuse. En effet, second et dernière enfant de la famille, elle a souvent été la victime des mauvaises blagues et agissements de son frère, John. Les parents, régulièrement en mission, pour l'Alliance n'ont pas été si souvent présents pour être présents pour Jane. Néanmoins, cette dernière n'a pas hésité une seconde à prendre du poil de la bête et à se venger durement de son frère. Cela est devenu un combat entre le chat et la souris, à l'image de frères et de soeurs qui aiment se chamailler, mais sans se faire essentiellement mal. Plusieurs cicatrices parsèment la peau douce et tendre de Jane. La plus évidente est celle portée sur le milieu de son ventre ; une blessure ayant vu le jour suite à un affrontement contre les Récolteurs et dont elle ne s'en est sortie pas complètement indemne. Il lui a fallu quelques jours à l'infirmerie de la Citadelle pour se sortir de ses blessures. Jane ne supporte pas être considérée comme la simple soeur du Commandant Shepard et être dans son ombre. C'est un sentiment d'infériorité qu'elle déteste connaître et ressentir. C'est pour cela que Jane a pris beaucoup sur elle, se décidant à se forger sa propre destinée. Non pas pour fermer le clapet à beaucoup, mais pour se montrer qu'elle vaut beaucoup plus que cela et qu'elle mérite plus que cela surtout! Cela a porté ses fruits et elle s'en montre plus que fière & satisfaite. Au cours d'une de ses dernières missions à la Voie Lactée, Jane s'est éprise d'affection d'un jeune garçon à peine âgé de dix ans. Face à l'arrivée des Moissonneurs, cette dernière était à bord d'un vaisseau et l'aperçut à quelques mètres d'elle. Ce simple regard a suffit à se sentir connectée avec ce dernier. Cependant, elle n'eut pas la rapidité nécessaire pour le sauver d'une attaque en provenance directe d'un redoutable zombi. Depuis lors, un traumatisme est survenu : chaque nuit, elle se réveille en sursaut, revivant cette perte tragique. Des cauchemars qui se modifient par la transformation du garçon en zombi... Des images affreuses en somme... Un souvenir précieux de la Voie Lactée. Un souvenir gravé dans l'échange de bijoux. Un souvenir reposé dans un échange précieux et unique... Un pendentif. Un pendentif reposé autour de son cou: un de ses biens les plus précieux. Une promesse d'une éventuelle retrouvaille. Une promesse qui est en train de se concrétiser de plus en plus désormais. La perte d'un être cher est douloureuse... Elle s'accentue encore davantage quand il s'agit de deux personnes... Les enfants Shepard ont perdu leurs parents durant la grande bataille au sein de la Voie Lactée. Ils ne s'en sont pas sortis indemnes, ou, en tout cas, Jane n'a aucunement vu leur possible trace au sein de l'Arche Oméga... ce qui en conclut à leur disparition définitive... Une perte que Jane ne veut pas y croire. Une perte où Jane s'évertue de penser qu'ils sont quelque part dans la galaxie... Alors que, de toute évidence, la militaire a la peur de faire face à la vérité, à la réalité de pouvoir vivre sans ses parents... Ainsi, se rattache-t-elle à ce qu'elle a encore de plus précieux dans ce monde, son unique frère, John. En apprenant la mort de son frère, avant qu'il ne soit revenu à la vie par Cerberus, Jane était dans tous ses états. Elle était comme... anéantie... C'était comme si une partie de son coeur s'était retiré pour se réduire en l'état de cendres. Elle se voyait déjà à devoir vivre une vie sans sa "moitié"... Les larmes ont coulé silencieusement dans ses appartements. Il lui était impossible de faire part de cette nouvelle aux parents. Alors... Quand elle apprit que John était vivant et il s'est retrouvé, en chair et en os, face à elle, la première réaction de Jane a été de lui envoyer une sacrée bonne gifle contre la joue de John... Autant dire qu'il ne faut surtout pas jouer avec ses sentiments...! Afin de pouvoir faire ses preuves et de se détacher de l'ombre de son frère, Jane a recouru à des entraînements extrêmements poussés au sein de l'Alliance militaire. Sans relâche, ses compétences augmentèrent au détriment de sa santé où son corps suppliait d'avoir un repos bien mérité. Jane se mit un point d'honneur à ne pas flancher et à ne jamais baisser les bras, surtout quand son objectif était, sur le point, d'être atteint. Jane, c'est une battante, une femme remplie de tempérament, une femme forte et courageuse. Tous ces traits montrent la tenacité qu'elle peut avoir à s'entraîner sans relâche, à devenir une femme totalement indépendante et qui sait faire ses preuves sur le terrain. Son audace a porté ses fruits et durant une de ses missions face aux Récolteurs, elle reçut une belle distinction de l'Alliance. Pour elle, ce présent est juste une preuve qu'elle n'est pas que la soeur du Commandant Shepard et qu'elle est tout à fait capable de mener une équipe sur le front et... à la victoire! Depuis les péripéties survenues à la Voie Lactée et suite aux divers avertissements de son frère auprès de la Citadelle, cette dernière n'a pas eu l'évidence même de croire ses paroles quant à l'arrivée des Moissonneurs et au déroulement que prendrait la Terre. Jane a souvent appuyé les dires de son frère avec des preuves, à les inciter à le croire, que tout est vrai, mais rien à faire... Son arrivée dans la Galaxie d'Andromède a juste réussi à nourrir une haine, une colère évidente envers tous les politiciens.   La danse fait partie d'une discipline artistique qui parvient à faire s'évader Jane. La danse est un moyen comme un autre de pouvoir penser à rien. Elle n'est pas une experte dans le domaine, certainement que non, mais ne refuse jamais de se déhancher après une difficile mission pour se remettre de ses émotions et de se relaxer. Jane ne refuse jamais de prendre un verre. C'est l'occasion de l'échange, du réconfort, du plaisir pour elle et se remplir le ventre avec de bonnes choses ne risque pas de lui faire le moindre mal!   La militaire a rejoint l'équipage du Normandy après la bataille contre les Moissonneurs pour rejoindre, par la suite, l'arche Oméga afin d'intégrer, à leur tour, la Galaxie d'Andromède.

SON AVIS SUR LA SITUATION + Déstabilisée. Pour la première fois depuis plusieurs années, Jane se sent perdue et éprouve un besoin nécessaire de se reconstruire. Malgré les efforts encourus, malgré les nombreux avertissements de la part de son frère envers les hautes instances de la Citadelle, personne n’a voulu croire les mots de John. Pourtant, Jane n’est pas restée sans rien et a, également, tout tenté pour que les politiques puissent ouvrir les yeux et agir dans l’urgence pour éviter le moins de dégâts possibles. Mais, lorsqu’une lueur d’espoir survient, il est trop tard. Les Moissonneurs sont arrivés, en nombre. Les dégâts ont été importants : les pertes bien trop nombreuses. Les soldats ont tout tenté pour les éloigner le plus possible. Jane a retrouvé son frère, juste à temps, à Londres pour livrer cette importante et périlleuse bataille. L’équipage du Normandy, les soldats… De véritables figures de bravoure et de force, ne fléchissant à aucune des façons. Mais, ces efforts… malgré la hargne, malgré la persévérance des Shepard, des militaires, des soldats, les Moissonneurs, en bien trop grand nombre, sont parvenus à leur fin… Le cœur de Jane s’est serré face à la défaite qu’ils doivent assumer.  Bien qu’elle puisse s’estimer heureuse et chanceuse d’avoir toujours son frère à ses côtés, il n’en demeure pas moins vrai qu’il lui faudra du temps pour se reconstruire. S’échapper d’une telle guerre laisse des marques importantes, laisse des stigmates qui ont du bien du mal à s’évanouir dans le temps. Jane éprouve beaucoup de ressentiments envers l’Alliance qu’elle a toujours servie depuis bien des années, au même titre que John. Bien qu’avec des si, on peut changer le monde, il est certain que si l’Alliance n’avait pas décidé à faire la sourde d’oreille, ils auraient, certainement, eu la chance et l’opportunité de vaincre. Jane a de la rancune, mais elle ne fléchira pas et continuera toujours de se battre pour apporter un monde meilleur à toutes ces personnes qui ont survécu et qui méritent d’avoir une belle vie.

La Galaxie d’Andromède… Jane a assisté à la « création » de l’Initiative au sein de la Voie Lactée et jamais, n’aurait-elle pensé qu’elle devrait s’y rendre à bord d’une Arche, accompagnée de plusieurs rescapés pour survivre à la destruction exécutée par les Moissonneurs. C’est une opportunité, une véritable chance. Elle espère que les anciens dirigeants de la Citadelle ne commettront plus les mêmes erreurs et cesseront d’être entêtés… Plus rien ne sera plus pareil désormais. Ce n’est pas pour autant que Jane ne cessera de combattre : que du contraire. Elle a besoin de se sentir utile. Elle a besoin d’action. Elle est née pour ça, c’est un fait, une évidence. Au moins, se permet-elle de croire en la bonne foi du Conseil du Nexus pour qu’ils aient la tête sur les épaules. Il est évident que Jane garde une méfiance certaine envers les politiques, désormais trop déçue de l’incapacité de certains. En tout cas, il faut continuer de vivre, de survivre, d’aider ceux qui sont dans le besoin, qui le méritent, de se battre et de persévérer. Ne jamais baisser les bras et rester à l’affût. C’est ce que fera Jane, éternellement. .

Ton toi derrière l'écran !On veut tout savoir de toi.
NOM & PSEUDO + Sarah, Shining Heart.
TES PASSIONS + C'est assez vaste :  le graphisme, le codage, l'amour (oui oui XD), la pâtisserie, la lecture...  
SÉRIES, FILMS, JEUX VIDÉO + La liste est tellement longue!!!   Mais, je me contenterais juste de dire que j'adore la saga Mass Effect (je vous jure que c'est vrai XD), les films DC Comics, des séries telles que OUAT, Charmed, Prison Break, The Walking Dead, etc.  
PRÉSENCE + Généralement, tous les jours.  
TON AVIS SUR LE FORUM + Pour l'avoir suivi du début, autant dire que je l'adore: tant au niveau de sa structure, que de son apparence...       Il est splendide! o/
COMMENT AS-TU CONNU ME:I + C'était en effectuant une recherche sur Google.  
TON DERNIER MOT, NIARK + Let's get started!!!  






avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : shining heart.
— XP : 219
— PRÉSENCE : quotidienne.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : ce n'est pas encore d'actualité. (a)
— CRÉDITS : 274

— RACE : humaine, sans anomalie physique quelconque.
— SPÉCIALITÉ : soldat, là où l'action la guide et la renforce.
— LIEU D'HABITATION : le nexus, plus précisément, dans le secteur sud des quartiers résidentiels.
— ÂGE : trente-deux années où le combat, où la guerre, où les pertes ont comblé ses années.
— PROFESSION : lieutenant-commandant & spectre.
— FACTION : l'alliance.
— ARMES : la n7 possède un M-8 Avenger (fusil d'assaut), un Stiletto (pistolet) & un M-23 Katana (fusil de pompe).
— O.SEXUELLE : homosexuelle, seules la douceur et la sensualité d'une femme parviennent à traverser le coeur de la lieutenant.
— AMOUREUSEMENT : complexe, l'essence de son coeur est perturbée.
Posté Lun 12 Mar - 17:27
This is my story& une petite citation
Chaque famille a un commencement. Chaque famille possède sa propre histoire personnelle et originelle. Certains enfants vivent une vie paisible entourés d'amour et de protection, tandis que d'autres vivent une vie désagréable, médiocre, désastreuse. Pour les Shepard, c'est encore différent. La vie militaire les entoure. Les enfants n'ont eu guère de choix que de vivre avec des règles bien strictes. Néanmoins, cela n'a pas empêché à leurs parents de leur apporter toute leur affection...

Ceci n'est que le prémisse d'une histoire envoûtante et poignante. Même si nous connaissons tous l'histoire du Commandant John Shepard, celle de sa soeur le sera tout autant...!

Once Upon a Time..

Chaque vie a un commencement et possède sa propre histoire. Chaque vie connaît des péripéties et des épreuves qu’elle se doit d’affronter et de surmonter, avec succès si cela est possible. Pour des familles dites « normales », la difficulté peut être présente, mais en y mettant les formes et les moyens, la résolution des problèmes peut se réaliser dans les bonnes conditions possibles. Cependant, dans le cadre de la famille Shepard, c’est… différent… L’histoire ne se veut pas être la même que pour toutes les autres familles de la planète Terre. L’histoire est spéciale, mais est tout de même intéressante. Je pense qu’à l’heure d’aujourd’hui, je suis honorée d’avoir réussi à traverser toutes ces épreuves pour en arriver là où je suis aujourd’hui. Néanmoins, il est nécessaire que vous restiez pendant encore quelques instants… pour que vous ayez l’occasion, le privilège de pouvoir connaître l’histoire de l’un des enfants Shepard…

J’aurais vraiment aimé commencer par un début triomphant, rempli de bonheurs, avec un discours encourageant et inspirant l’espoir. Mais, il faut savoir que nous n’avons pas connu une enfance des plus heureuses avec mon frère, John. Pouvons-nous vraiment blâmer une personne en particulier ? Au fond de moi, si j’avais encore l’âge rebelle, j’aurais certainement lâché les noms de mes parents… mais juste pour une question de facilité… Je peux m’estimer heureuse de ne pas être venue au monde sans une sœur ou un frère… Je remercie le ciel que John soit là… Il a été la seule figure fraternelle, presque paternelle à mes yeux. Nos parents ont essayé, autant que faire se peut, de se montrer présents et de tenter de nous élever du mieux qu’ils le pouvaient. Les seuls éléments qu’ils n’avaient pas jaugés : leur présence et leur affection. Ce sont deux éléments primordiaux qui nous ont manqué pour vivre une vie quelque peu sereine. En tant que fille, j’aurai aimé avoir une maman attentive et présente, pouvant être capable de répondre à mes besoins et aux changements que je ne cessais de connaître au quotidien. En tant que fille, j’aurai souhaité avoir une image paternelle qui soit protectrice, qui délivre un message d’espoir. Il est certain que John et moi avons connu des discours plutôt… formels vis-à-vis d’eux. Était-ce une déformation professionnelle ? De toute évidence, ça l’était. A la maison, à Vancouver, sur Terre, je me souviendrais toujours des regards que notre père pouvait nous offrir. Chaque fois, chaque jour, j’avais cet espoir de pouvoir le voir se précipiter vers moi pour me prendre dans ses bras et le sentir me serrer contre lui comme s’il ne m’avait plus revu depuis des décennies. Chaque jour, j’avais l’espoir qu’il puisse me susurrer des mots doux, tendres, attentionnés dans le creux de l’oreille avant le coucher du soir ou au petit matin avant de se rendre sur le champ de bataille et de retrouver l’Alliance. C’est comme pour maman… Elle qui nous a porté pendant neuf mois dans le creux de son ventre, j’attendais beaucoup d’elle. Je ne pourrais jamais vraiment lui en vouloir, car à chaque fois qu’elle faisait un effort pour nous aimer, pour nous éduquer, pour nous protéger, elle se faisait être rappelée par ses responsabilités et par nous abandonner pour retrouver l’Alliance à son tour.

C’était difficile. Pénible. En leur absence, une nourrice tentait, tant bien que mal, de nous éduquer et de nous apporter tous ces besoins que nous nous devions d’avoir. Cette nourrice… Charmante… Touchante… Je l’aimais beaucoup. Je la considérais plus comme une grande sœur que comme une mère de remplacement. Elle parvenait à me rassurer quand j’en avais le plus besoin… mais était parfaitement incapable de pouvoir gérer les problèmes extérieurs liés à John ou à moi-même. Bien sûr, quand John rentrait à la maison avec une bosse ou un œil au beurre noir, Nannie s’arrangeait toujours pour prendre le nécessaire des premiers soins pour le soigner du mieux qu’elle le pouvait. Surtout pour éviter que John ne se montre dans un tel état devant les parents ! Nannie est une femme que je ne cesserais jamais d’aimer, d’apprécier. C’est une conseillère exemplaire. Je suis passée par des étapes essentielles durant ma vie… Maman n’a pas su être suffisamment là pour subvenir à mes besoins affectifs, alors Nannie essayait d’employer les moyens nécessaires pour m’aider au mieux…

Et même si je sais pertinemment que cette période n’a pas été des plus glorieuses pour les Humains et pour les Turiens, je peux affirmer que les répercussions de la Guerre du Premier Contact ont été efficaces pendant un certain temps. En effet, maman et papa ont enfin pris un congé prolongé pour passer du temps avec nous. Certes, quand cela s’est terminé, avec John, nous n’avions que trois années de vie, mais c’était la première étape pour qu’ils soient présents comme on l’aurait souhaité. Et ça la été jusqu’à nos douze ans. Oui, ils ont repris le travail entre temps, mais ils ont vraiment tout tenté pour nous apporter l’affection que deux enfants, que deux jumeaux ont besoin d’avoir pour vivre une vie à peu près normal. C’est juste pour cela que ma colère envers eux est devenue moindre aujourd’hui…

En tout cas, je peux m’estimer heureuse d’avoir John à mes côtés et d’avoir pu grandir à ses côtés comme nous l’aurions voulu avec ou sans nos parents. John fait partie des grands frères qu’on rêve toutes d’avoir. Protecteur, attentif, présent… mais aussi qui vous laisse vivre et vous laisse faire des bêtises pour que vous puissiez apprendre de vos erreurs et vous permettre de grandir en toute connaissance de causes. Alors oui, John n’a jamais été tout blanc ou tout noir. Il a commis des erreurs et j’ai été là pour le soutenir, pour le couvrir auprès des aînés ou auprès de Nannie… Tout comme lui me protégeait quand j’en faisais. En fait… On peut dire que nous nous sommes, quelque peu, éduqués par nos vécus… L’amour fraternel est aussi fort que l’amour qu’un parent peut offrir à ses enfants. Je peux dire que sans John, j’aurai manqué de beaucoup de choses essentielles dans ma vie… Sans lui… J’ignore quelle femme je serais devenue aujourd’hui. C’est mon frère et nous sommes unis comme les cinq doigts d’une même main. Toujours là pour l’autre… Toujours là pour aider et soutenir l’autre… Et heureusement d’ailleurs, car l’adolescence n’a pas été une mince affaire…


the adolescence, the academy, the setbacks

Nous ne sommes pas des êtres ordinaires. Nous sommes des êtres originaux qui sommes venus au monde sans avoir la moindre conscience de ce que le destin peut nous réserver. John et moi portons un nom de famille qui possède une longue et profonde histoire. Elle s’étend sur plusieurs générations et les enfants n’ont pas d’autres choix que de s’en lisser dans cet amas d’informations, de détails, d’aventures rocambolesques pour s’assurer une vie digne d’être vécue. Sauf que… Les parents n’ont jamais cherché à savoir ce que nous aurions voulu devenir plus tard… Les parents n’ont jamais cherché à savoir quels étaient nos loisirs, nos hobbies favoris qu’on aime exécuter durant nos temps libres. Pour eux, cela coule de sources… Avec les multiples voyages entrepris à travers la galaxie pour les suivre, qu’importe le fait que nous aimions rester à un endroit car la construction de relations s’était faite, nous déménagions encore et encore… Puis, comme par miracle, nous nous sommes installés au sein même de l’Alliance pour pouvoir faire notre éducation scolaire dans les meilleures conditions possibles. Car oui, les apparences peuvent être parfois trompeuses, mais les parents ont désiré le meilleur pour nous pour que nous ayons une scolarité dans les règles de l’art. Il est certain que porter un nom tel que Shepard apporte certains privilèges qui ne sont pas négligeables. Ai-je été satisfaite, contente, heureuse de pouvoir intégrer l’établissement scolaire pour faire mes études ? Mon avis est mitigé. Je l’ignore… Je me suis juste enrôlée… Je me suis juste laissée emportée par ce que le vent m’apportait… Je me suis juste laissée transporter et advienne que pourra pour la suite des évènements…

L’adolescence est une période qu’un enfant a beaucoup de mal à traverser. C’est une période où un enfant passe d’un statut de croissance normale à un statut de croissance qui s’excite pour tout et n’importe quoi.  Si John pouvait être turbulent et s’en donner à cœur joie pour profiter à fond de sa vie, pour ma part, j’étais davantage vers le retrait : à surveiller tout et n’importe quoi du coin de l’œil, à observer chaque changement, à analyser chaque information… Oui, j’avais un esprit rebelle, mais qui appréciait à se terrer dans une petite grotte pour n’en sortir que le moment le plus opportun. Plus jeune, j’étais plus sur le qui-vive. En l’absence de nos parents, je me suis donnée une charge de travail supplémentaire en agissant en guise de « grande-sœur » envers John et à faire attention à ce que rien ne puisse lui arriver de bien fâcheux. Car, à cette période, tout pouvait bien arriver. Les défis lancés par d’autres camarades, les envies de pouvoir se lancer à corps perdu dans des essais incluant des boissons alcoolisées… Je ne refuse jamais de boire un verre pour me détendre et pour me laisser complètement aller, mais je possédais cette maturité précoce qui m’empêchait de trop me détendre… Il fallait que je sois sur mes gardes. Pourquoi ? Parce que le monde n’est pas celui que l’on connaît. Parce que le monde a tellement changé en tant d’années, en tant de siècles… Côtoyer des « aliens », des races à part… Qui aurait pensé que cela arriverait un jour ? Personne… Je possède un self-control certain et parfois, cela me sert bien à tirer John ou certains de mes camarades de classe de leurs merdiers !

L’académie de l’Alliance… Personne ne nous a forcés à nous y rendre. C’était inné. Cela coulait de source que nous devions l’intégrer pour poursuivre un enseignement digne de ce nom. Cela coulait de source que les enfants Shepard se devaient de faire partie de cette nouvelle promotion s’ils ont l’envie de pouvoir intégrer l’Alliance un jour. C’était écrit. C’était inévitable. Et je prenais ce fardeau comme un cadeau. Pourquoi un cadeau ? Même si je ressentais une certaine colère pour les multitudes absences répétées de mes parents pour qu’ils puissent mettre à bien leurs diverses missions, il n’en demeurait pas moins qu’ils m’inspiraient aussi d’une certaine façon… C’est assez compliqué à dire et à expliquer surtout… Disons simplement que mon cœur me poussait à prendre cette porte, à prendre cette voie professionnelle, car c’était ça et rien d’autres. C’était comme une évidence. C’était comme si c’était inscrit dans mon code génétique et que j’aurai beau essayé de faire partir cet aspect-là de ce code, il finirait par revenir tôt ou tard…

Intégrer l’académie a été une aubaine pour moi. Je ressentais le besoin de pouvoir me rendre utile, de pouvoir faire mon petit bonhomme de chemin et de ne pas rester aux côtés de mon frère. Car ce dernier parvenait assez bien à se fondre dans la masse et à récolter les lauriers du corps professoral ainsi que l’admiration de certaines camarades de classe. J’étais contente pour lui. Mais, pour une fois, même si je l’aime et que je serais toujours là pour lui, j’avais le besoin de pouvoir avancer seule et de ne pas me retrouver, à chaque fois, à côté de lui. Sans doute par crainte d’entendre les exploits de mon frère… ou de ce qu’il peut raconter comme anecdotes concernant nos parents à sa petite bande. Peut-être avais-je ressenti une pointe de jalousie à ce moment-là, mais cela ne m’empêchait pas de passer à autre chose et de pouvoir me concentrer sur mes objectifs essentiels et primordiaux. Car le tout premier objectif à réaliser était parfaitement clair : rejoindre l’Armée de l’Alliance à ma majorité et de m’entraîner aussi durement qu’il le fallait pour parvenir à gravir les échelons et à me faire un nom, sans recourir à l’aide que mon nom de famille pouvait apporter. Car oui, le nom de famille peut apporter beaucoup d’avantages… mais accompagnés de son lot d’inconvénients. Ce n’est toujours pas très agréable d’être comparée à son frère ou à ses parents. Tu as envie d’entendre une personne te féliciter pour tes propres progrès et non avec une phrase du genre : « Tu es bien la fille des Shepard, exemplaire comme eux. » ou encore « Ta mère n’aurait jamais réagi de la sorte pour ceci, pourquoi l’as-tu fait ? » Ça devenait agaçant, mais je prenais sur moi car j’étais sûre d’une chose : je deviendrais une femme qui ne serait ni Mère Shepard, ni Père Shepard, ni John Shepard ! Je m’en faisais un point d’honneur qui devenait presque comme une obsession !

Ceci dit, cette obsession ne m’empêchait pas d’être une élève studieuse et appliquée. Je ne travaillais pas pour récolter de beaux et bons résultats à faire valoir auprès de mes aînés, mais je travaillais surtout à fond pour me prouver que j’en étais capable et que je pouvais totalement être fière de ce que j’ai pu accomplir jusqu’à présent. Il m’arrivait parfois de relâcher la pression et d’être une Jane qui parvenait à répondre à ses professeurs et à ne plus se soucier de grand-chose que d’elle-même… Je dois dire que je suis passée par divers stades durant cette période d’adolescence. Mes hormones n’aidaient en rien à me stabiliser, que du contraire ! Néanmoins, cela ne m’a pas empêché de pouvoir avoir les compétences et qualités nécessaires afin d’intégrer l’Armée de l’Alliance ! Le tout dans l’espérance que mon nom de famille ne m’ait pas aidé à y parvenir…


the interstellar alliance and the citadel

Dix-huit ans. L’âge de la maturité officielle. L’âge des prises de responsabilités. L’âge où tu te dois absolument de faire tes preuves et de ne plus agir comme un con. Dix-huit ans… Un nouvel anniversaire qui aurait dû se célébrer avec la famille, avec son frère, avec Nannie… Un nouvel anniversaire qui aurait dû se montrer joyeux et festif, mais dont j’ai décidé d’agir autrement en intégrant, dès les premiers jours de cette nouvelle étape de vie, l’Alliance Interstellaire. C’était un pacte que nous nous étions donnés avec John. Nous nous étions promis qu’importe ce que l’autre ferait pendant ses années à l’académie, l’essentiel était de pouvoir nous retrouver, à dix-huit ans, au sein de l’Alliance Interstellaire, au sein de cette Armée qui a bien évolué au fil des années.

Je n’ai pas entamé la même formation que mon frère. Bien que notre promesse fût de pouvoir nous retrouver à notre entrée au sein de l’Armée, la suite ne concernait que l’un et que l’autre. Et on peut dire que c’était de loin de ce que j’ai pu imaginer comme enseignement… Bien que j’eus conscience de la charge de travail qu’il y aurait, je n’avais pas du tout réalisé à quel point c’était… compliqué… tant émotionnellement que physiquement… Se lever hyper tôt chaque matin… S’entraîner sans relâche pendant des heures entières à n’espérer qu’une seule petite chose : du répit. Du répit pour souffler, pour se reposer quelques instants… Du répit pour pouvoir se remplir le ventre et acquérir davantage d’énergie pour regagner en force et en endurance… Au début, ma seule motivation était d’avancer pour pouvoir avoir ce répit tant voulu et tant souhaité. Pourquoi ? Parce que je commençais à en avoir marre d’entendre les instructeurs me lancer des comparaisons à mon frère. Parce que je commençais à totalement saturer et que j’étais toujours à deux petits doigts de piquer une crise de colère tant mes nerfs étaient à fleur de peau. Oui, j’avais des nouvelles de mon frère au cours de ma formation. Oui… des nouvelles… « Ton frère est arrivé encore plus loin que ce que tu peux faire, ma cocotte ! Tu devrais apprendre à t’endurcir si tu veux pouvoir, un jour, arriver à son niveau ! » Ces commentaires avaient le don de mettre mes nerfs à bout ! A un tel point où j’arrivais, à mon arrivée dans mes quartiers privés, à m’écrouler sur le lit et par avoir des larmes de colère ainsi que d’épuisement s’écouler tout le long de mes joues tant j’en avais ras-le-bol de me faire rabaisser sans cesse… C’est dur. C’est très dur. D’autant plus que mon frère, certes, faisait des efforts, mais semblait avoir plus de… « facilités » à s’acclimater aux ordres, aux devoirs, aux missions, aux entraînements de l’Alliance. Et je n’avais pas de doute quant aux faits que les instructeurs soient aussi durs avec lui qu’avec moi vu les parents que nous avons. Après tout, l’armée, l’Alliance, c’est une histoire de famille… Mais j’avais, surtout, cette nette impression qu’ils sont si durs, si féroces, si sévères, si stricts avec moi parce que je suis une femme. Que la femme n’est pas destinée à intégrer de tels rangs et qu’il faut la tester pour voir jusqu’où ses capacités l’amèneraient, pour voir jusqu’où elle est capable d’aller pour repousser ses limites. Et ils n’allaient pas être déçus !!!

Plusieurs semaines, sans doute, plusieurs mois s’écoulèrent depuis mon entrée à l’armée de l’Alliance. Je progressais, j’avançais du mieux que je le pouvais. Je ne versais plus de larmes face à la moindre difficulté rencontré. Je ne poussais plus de crises de colère dans mes quartiers ou même face à un supérieur pour exprimer ma remontrance notamment. Non… Au fur et à mesure que les journées s’estompèrent dans le temps, je devenais une toute autre femme… Une femme plus mûre, plus mature… Une femme plus endurcie, plus forte et plus coriace. Une femme qui en veut et ne baissera jamais les bras ! Quand John part faire des missions, moi je continuais à m’entraîner encore et encore. Je poussais, sans doute, un peu trop les efforts, mais je m’en fichais. Je voulais éperdument avancer et faire mes preuves par moi-même pour qu’on puisse ENFIN me féliciter pour tous les efforts que j’effectuais au fur et à mesure de ma formation. J’étais totalement obnubilée par cela. Je devais une accro, une obsessionnelle de l’entraînement physique pur et dur. Une vraie dingue de travail en somme. Mais cela ne me dérangeait pas. Cela me faisait du bien. Repousser ses limites pour voir jusqu’où son corps est prêt à aller… C’est un enrichissement, c’est une richesse que je ne gâchais aucunement.

Pour moi, le temps n’avançait plus. Je n’en avais plus aucune notion. J’appris que mon frère s’était sorti victorieux du Raid Skyllien, qu’il avait survécu aux assauts de l’ennemi et qu’il était parvenu à sauver plusieurs innocents. J’étais incroyablement fière de lui, mais aussi soulagée de savoir qu’il s’en était sorti sain et sauf. Fière de lui aussi parce qu’il avait obtenu les plus hautes distinctions de l’Alliance et cela m’inspirait à encore donner plus pour pouvoir, un jour, arriver à son niveau… Je ne veux pas être comme lui, sachez-le ! Mais il ne faut pas se leurrer : quand un membre de votre famille parvient à réussir, cela vous pousse à vous surpasser encore et encore et à réussir à votre tour ! C’était un cycle normal, à mon sens. Alors je profitais d’un instant de répit pour envoyer un mail à mon frère pour le féliciter, pour lui dire que j’étais fière de lui et qu’il faisait la fierté de notre famille. Sans oublier que je l’aimais et que j’avais hâte de pouvoir le revoir. Oui, il faisait la fierté de notre famille, car il a réussi, en si « peu de temps » le grade ultime des Forces Spéciales de l’Alliance… Tandis que pour ma part… L’entraînement faisait partie de mon quotidien ainsi que les diverses missions que j’exécutais sur le terrain pour parfaire mes compétences en la matière. Plus le temps passait et plus j’avais davantage de responsabilités à accomplir. Je continuais de faire mes preuves pour être récompensée petit à petit au fur et à mesure de mon avancée au sein de l’Armée…

Une invitation. Une invitation pour le moins très inattendue. Mais une invitation qui valait récompense pour tout le travail que j’avais réussi à accomplir jusqu’à présent. Intégrer l’un des plus grands centres de formations des forces spéciales de l’Armée est une aubaine, une véritable opportunité, une véritable gratification ! Je n’ai pas réfléchi : j’ai accepté et j’y suis allée… Et autant dire que c’était une autre paire de manche ! Je m’estimais heureuse de m’être entraînée encore plus durement que les autres car cela m’apportait un petit plus non négligeable pour l’entraînement intensif qu’ils proposaient. Pas de répit. Pas de repos. Un entraînement à la dure avec des missions expérimentales sur le terrain et à apprendre à commander une escouade. C’est avec étonnement que je me voyais donner des ordres à mon unité avec une fermeté non négligeable. C’était plaisant. J’aimais bien. J’aimais beaucoup…

Alors que je parviens à gravir le premier échelon qu’est le N1, mes efforts se poursuivent pour gravir encore quelques échelons : ce qui n’est pas si facile à faire, soyons clair. C’est alors que j’entame le grade du N2 que j’apprends une terrible nouvelle… Une nouvelle qui m’a fait perdre la tête : l’attaque de la Citadelle. Entre-temps, sans doute quelques heures avant que l’attaque ne se fasse, je reçus un mail de John m’avertissant des récents évènements déroulés. J’étais tellement absorbée par mon entraînement, par mon évolution que je n’avais plus fait attention à ce qui m’entourait. Si bien que je m’en voulus véritablement de ne pas être présente, de ne pas être sur place pour aider les soldats à combattre, à ralentir, à mettre à terre ces Soldats Geth. Tout devenait flou. Au fur et à mesure que je lisais le mail de John et que je voyais le nom « Sovereign » ou encore « les Moissonneurs » venir sur le tapis que je ne parvenais pas à croire que le Conseil continuait de ne pas croire en la véracité des propos de mon frère. Car oui, je le croyais. Il n’est pas du genre à mentir, surtout pour de tels propos et quand ça lui tient à cœur, il est clair que je n’avais aucune raison pour ne pas le croire.

Avoir le statut de N2 me donne la permission de pouvoir exécuter des missions dans l’espace. L’entrainement devient plus rigoureux afin que chaque soldat puisse se sortir des situations les plus extrêmes et les plus périlleux. L’occasion pour moi pour demander à mon supérieur la permission de me joindre aux forces armées de la Citadelle pour repousser l’ennemi. Je voulais le faire. C’était important pour moi. L’œil du tigre dans le plus profond de mes iris, une voix stricte et sincère, c’est avec hésitation qu’il m’accorde ce privilège et qu’il met, à ma disposition, quelques soldats volontaires. Arrivés sur la Citadelle et constater les dégâts… J’étais horrifiée et encore plus en colère. J’essayais de voir mon frère dans tout le fracas que les Geth ont mis à l’endroit pourtant sécurisé, mais en vain. Ce n’est pas pour autant que je baissais les bras. Non. La rage de vaincre, c’est avec volonté et assurance que je menais mon équipe sur le front pour prêter mains fortes aux forces armées. L’Attaque n’a pas duré éternellement, certes, mais les dégâts et les pertes humaines ainsi qu’extraterrestres ont été nombreuses. J’étais abasourdie. Je me suis sortie avec une blessure au bras, une blessure qui a valu que je reste aux soins pendant quelques jours. Mais ce n’était rien. Je réalisais juste à cet instant que ce n’était que le début et que le pire pouvait encore arriver…


the disappearances manage to make grow

Le cœur serré. La respiration à bout de souffle. Recroquevillée, mon corps est penché vers l’avant et la main droite est reposée contre mon cœur. Quelque chose cloche. Ce n’est pas logique. Il est en train de se passer quelque chose et ça me fait peur. Ça me fait peur à un point où je dois cesser mon activité qui n’est autre qu’un énième entraînement pour essayer de me calmer et de comprendre. Ma santé est au beau fixe, je n’ai aucun problème à signaler de ce côté, donc je ne comprends pas… pas tout de suite du moins. Mon supérieur qui me questionne et me demande de m’arrêter. Son regard est inquiétant. Je me redresse et cherche à savoir ce qu’il a à me dire. Il ne prononce rien et se contente juste d’appeler un certain Anderson… Capitaine David Anderson, plus précisément. Ce nom me dit quelque chose… Je pense l’avoir déjà vu dans les écrits de John… oui, c’est sans doute cela… J’essaie de reprendre une certaine respiration. Ce n’est pas la première fois que je ressens une telle douleur au niveau de mon organe cardiaque. Une douleur qui se lance que ce soit sur le terrain, sur le terrain d’entraînement ou dans mes quartiers. Une douleur qui va finir par avoir une explication. C’était la raison de la venue du Capitaine Anderson. Mon regard s’est alterné entre lui et celui de mon supérieur : ils ne m’inspiraient rien de bon et mon inquiétude ne cesse de s’accroître alors. Ma première pensée va à mes parents : et si quelque chose de mal s’était passé pour eux... ? et que c’est pour cela qu’ils affichaient une tête de six pieds de long… ? Mais non… pourquoi le capitaine viendrait jusqu’ici pour me voir… Tout se remuait dans mon esprit. Tout partait dans tous les sens. Alors, une illumination : John. J’ai toujours su qu’une connexion particulière se liait entre des jumeaux, des vrais ou des faux, un lien profond et intense est relié à un tel point où l’autre pouvait ressentir quand sa moitié était dans une mauvaise posture… Là… Je n’ai mon sang qui ne fait qu’un tour. J’avais détourné mon regard de celui des messieurs pour comprendre et réfléchir. Non… Ca ne pouvait pas être le cas… ce n’était pas possible. Pas John… Pas l’homme pour lequel je n’ai jamais cessé de me battre pour qu’il puisse être fier de sa sœur autant que cette sœur est fière de lui. Quand le capitaine prononce mon nom, j’ai éprouvé beaucoup de peine à relever le regard et à oser l’affronter. Si ce dernier a fait ce déplacement, ce n’était pas pour rien. Il a prononcé, à nouveau, mon nom et il s’est rapproché. Je n’ai que d’autres choix que de relever les yeux et d’affronter son regard. Puis… la seconde d’après… ou la minute, je ne sais pas trop, tout s’effondre, tout s’écroule… Lui qui avait survécu face à Saren Artérius, lui qui avait survécu à Sovereign n’a pas réussi à survivre face à l’accident mortel survenu sur le Normandy. Il a tenté de sauver tout l’équipage… Le timonier était sauf… mais John… lui… Il a été déclaré disparu… puis mort… Il ne m’en a fallu pas plus pour que les larmes perlent mes yeux afin qu’elles puissent s’écouler le long de mes joues à flot. J’aurai tellement voulu de ne pas montrer ma fragilité face à mon supérieur… Mais il ne m’en a pas tenu rigueur. Il s’était même rapproché pour apporter une main réconfortante sur mon épaule. Quant au Capitaine Anderson, ou plutôt, Conseiller, qu’importe, je m’en fichais bien… Il m’avait présenté ses condoléances et m’a montré à quel point il avait été honoré d’avoir pu travailler avec John et qu’il s’estimait heureux de l’avoir eu comme… ami…

M’effondrer… Je voulais juste m’effondrer et tout faire valser. J’avais juste cette envie de pouvoir tout saccager tant ma rage était conséquente, tant mon mal-être était présent. J’avais perdu la personne qui m’était la plus précieuse dans ce monde. J’avais perdu mon repère, mon meilleur ami… Je suis sans doute égoïste envers mes parents, mais il était ma seule famille... Je lui en voulais... Je lui en voulais tellement d’avoir joué les héros… Sans ça, peut-être serait-il encore en vie… Oui, mes pensées sont égoïstes, mais je m’en fichais. Je me fichais de tout. Ça a duré plusieurs semaines et ça se répercutait sur mon travail. J’étais beaucoup plus sévère, plus froide encore… Je ne lâchais rien et me montrais extrêmement dure et pénible envers mes collègues et partenaires de combat. C’était plus fort que moi. J’avais le besoin de faire dégager cette colère de mon être. Je me retrouvais seule… et alors que je pensais que tout était fini, je reçus un appel holo de maman. Maman… Cela faisait des lustres que je n’avais plus eu de ses nouvelles et elle se manifeste après la perte d’un de ses enfants. C’est légitime, et intimement, secrètement, je la remerciais d’avoir fait le premier pas. Je n’avais pas réussi à le faire plus tôt… C’était difficile… Et je n’avais pas envie de reconnaître que je l’avais perdu. Les mots de maman m’ont fait le plus grand bien… Grâce à ses relations, elle a permis à ce que je prenne quelques jours de repos pour que je puisse être auprès d’elle, auprès de papa, à la Citadelle. Nous avions le besoin de nous rapprocher et de nous retrouver. De montrer à quel point on tient à l’autre et que malgré la disparition de John, nous nous devions de continuer à nous battre, de le venger et de vivre pour lui. Papa et maman avaient raison… J’avais besoin de ça pour ne pas totalement passer de l’autre côté… Pour la première fois depuis la disparition de mon frère, je me sentais bien… Je me sentais bien car maman m’avait prise dans ses bras et m’avait serré contre elle. Je m’étais laissée aller dans cette étreinte affective et mes larmes ont mouillé le tissu de son habit. De surcroît, c’était mon père qui nous avait rejointes dans cette étreinte si unique et si particulière. Mon cœur paraissait moins lourd. Il ne me restait plus qu’eux désormais… et il fallait vivre avec…

Cette permission a été l’occasion pour moi de faire quelques rencontres… et d’aller vers les survivants de l’accident du Normandy. Je n’étais peut-être pas mon frère, mais je demeure une Shepard et j’étais convaincue que ma présence aurait pu leur être réconfortant… J’étais la seule capable à pouvoir parler de lui à travers nos anecdotes et à travers les lubies que mon frère avait bien pu faire par le passé. C’est inspirant et, dans un sens, c’est comme s’il restait encore parmi nous. Son aura demeure toujours à nos côtés. Parler de lui le fait exister et c’est ce qui comptait le plus. C’était important pour moi, tout comme c’était important pour tous ses proches et son entourage…

Une seule personne. La situation est simple : lorsque vous avez la sensation que tout s’écroule autour de vous, lorsque vous avez cette sensation que plus rien ne risque d’être comme avant, c’est à partir de ce moment-là que vous faites la rencontre d’une personne qui risque de changer votre vie du tout au tout. Son prénom, Sara. Un prénom doux et soyeux. Un prénom représentatif d’un certain caractère, d’une certaine personnalité. Je ne ressentais pas l’envie de vouloir tout connaître de sa vie, de son importance ou non au sein de la Citadelle. Tout ce que je sais est que son regard de braise, que sa chevelure poignante était… envoûtante, inspirante. Elle est arrivée comme un « cheveu dans la soupe », mais un cheveu que je désire conserver contre mon cœur pour l’éternité. Elle est arrivée quand tout s’était chamboulé dans mon existence et que je ne parvenais pas à retrouver ma place dans cette gigantesque société. Certes, j’ai réussi à reprendre du poil de la bête grâce à mes parents, mais Sara a eu un impact encore plus fort que cela. Pourtant, rien ne pourrait présager que je puisse être si connectée à elle. Moi qui suis si à cheval sur les règles, j’avais ressenti l’envie et le besoin de me libérer et de m’offrir. Pour son jeune âge, Sara se montrait indépendante et mature à la fois. Elle était différente des autres jeunes femmes de son âge. C’était cela qui m’avait attiré, aux premiers abords, chez elle. Puis c’est son regard qui a capturé mon âme : un regard si profond, si intense… C’était inexplicable… Elle était parmi la foule ambiante de l’Electron Libre, mais c’est sa silhouette qui m’a totalement subjuguée. C’était dans un certain naturel, dans une certaine logique que nous nous sommes laissées aller à nous apprécier, à nous confondre… Nous laisser transporter dans ces plaisirs charnels pour apporter ce bien-être qui nous ferait tant de bien. Cette nuit… cette première nuit à sa compagnie a été magique et intense à la fois… Je ressentais une sensation que je n’avais jamais ressentie auparavant. C’était beau. C’était sensuel. C’était enivrant à souhait. Pour la première fois depuis la disparition de mon frère, je me sentais à nouveau libre et étais prise d’une envie soudaine de croquer le monde, la vie à pleines dents. Était-ce de l’amour ? Ressentais-je des sentiments profonds pour elle dès cette première rencontre ? Je l’ignore. En tout cas, au lendemain de cette nuit, j’ai su que quelque chose de spécial s’était déroulée entre nous et que cette chose, je ne voulais pas la perdre…

Depuis cette nuit unique et spéciale, plusieurs autres se sont mises en travers de notre route. Je n’aurai jamais cru le dire un jour, mais c’était simplement du plaisir charnel pour du plaisir charnel et rien d’autre. Il est vrai que je voulais me sentir aimer. Il est vrai que j’avais ce besoin de paraître spéciale envers une autre personne tant je m’étais consacrée au travail pour me permettre d’avoir une vie professionnelle rêvée. Il est vrai que je ressentais le besoin de me laisser totalement aller et d’être en parfaite harmonie avec l’autre. J’ai trouvé tout cela grâce à Sara. Et au fur et à mesure que nos rencontres se multipliaient, ce sont les discussions et la prise de connaissances de l’autre qui commençaient à faire leur place. C’était appréciable, très appréciable même. Nous nous apprenions à nous connaître sans totalement compliquer la relation installée entre nous. Avec cette délicieuse créature, j’étais à nouveau moi-même. J’étais naturelle et j’avais la sensation qu’elle l’était aussi. Je suis même arrivée à ne plus penser à l’écart d’âge qu’il y avait entre nous deux. Un écart qui m’aurait tellement freiné aux premiers abords… et j’avoue que ça l’a été aux premières minutes de notre rencontre avant de laisser ce frein être emporté par le vent pour enfin penser à ce que mon cœur me dictait de faire…

Cette rencontre a été une aubaine pour moi. Sara est cet équilibre que je recherchais depuis bien longtemps. Sara est cette personne pour qui j’ai la motivation de pouvoir encore davantage me battre, encore et encore. Notre proximité est forte et sincère. Je ne peux pas dire que je sois tombée amoureuse d’elle… Je ne le peux pas… Ce serait trop… tôt… Ce sont des sentiments qu’on essaie de ne pas penser quand on se revoit… pour laisser simplement nos émotions dicter nos retrouvailles. Je ne peux pas le dire et pourtant… Comment interpréter le fait que votre cœur se met à faire des battements rapides dès que vos pensées sont tournées envers elle ? Comment interpréter le fait que votre ventre fasse naître des papillons en son intérieur dès que vous voyez le regard pétillant de cette colombe parfaite et idyllique ? Je n’osais pas me l’avouer… cela aurait été tellement réel et tellement… vivant…, mais pourtant… oui, j’étais tombée amoureuse de cette grâce, de cette beauté enivrante. Je me sentais totalement pleine à ses côtés… Et cette flamme se ravive toujours quand nous nous voyons… Elle me faisait vivre et je ne cesserais jamais de pouvoir lui apporter ce bonheur, ce bien-être, cette liberté, cette vie à chacune de nos réunions. Car sans elle, ma vie n’aurait pas pris un réel sens…


the attack of the harvesters - final act :: the reapers

Un coup de poing. Un coup de poing sec et serré qui a atterri sur le torse de cet homme… et pas n’importe quel homme. Il s’agit de John Shepard, mon saleté et crétin de frère ! Deux années… Deux années à avoir pleuré sa mort et à s’armer de courage et d’ardeur pour affronter cette nouvelle vie sans lui… et voilà que monsieur sort de nulle part, l’air de rien. Alors, certes, avais-je entendu des rumeurs qui circulaient dans l’Espace, au sein de la Citadelle comme quoi le Commandant Shepard avait ressuscité, mais je n’en avais pas cru le moindre mot. C’est impossible. Un être humain ne peut pas revenir d’entre les morts, c’était insensé. J’avais appris à revivre. J’avais appris à continuer cette vie sans cet homme… et maintenant, il fallait que je réapprenne à vivre avec lui. Alors que je commençais à peine à avancer dans mon train de vie en continuant mes entraînements, en enchaînant mission sur mission à travers toute la Galaxie, il faut maintenant que je prenne courage à deux pour… pour ne pas m’effondrer dans les bras de John… pour ne pas pleurer contre lui… et pour ne pas lui balancer des injures ou encore des coups de poings sur son corps. Je ne parvenais, tout simplement, à ne pas croire qu’il soit de retour, qu’il soit là, face à moi, comme si rien n’avait changé… comme si tout était redevenu comme avant. Son retour… Il a tout de suite essayé de me rassurer, de me réconforter, de me consoler, de m’assurer qu’il était bien mon John et que rien n’avait changé. Il était resté le même et me l’a prouvé avec une anecdote bien particulière qui nous est propre et qui ne concerne que John et Jane Shepard. C’est un réel soulagement de le savoir à nos côtés. C’est une véritable aubaine et une véritable chance. Même s’il a pris courage à deux mains pour m’avouer qu’il était revenu d’entre les morts grâce à un certain projet Lazare créé par Cerberus, je ne peux que remercier cette organisation terroriste ou que sais-je encore de lui avoir sauvé la vie, qu’en importe le temps que cela leur a pris de le faire. Je ne le juge pas. Il n’a strictement rien demandé à la vie pour qu’il soit sauvé par Cerberus. Alors, je n’ai aucune raison valable de lui en vouloir… Disons simplement que j’avais besoin de laisser sortir ma colère en le retrouvant pour ensuite me laisser aller dans ses bras… Néanmoins, son retour parmi les vivants ne signifie qu’une seule chose à mes yeux : ne plus rester loin de lui. Continuer à me perfectionner, à me battre, à m’entraîner, certes, mais surtout veiller sur l’arrière train de mon frère et le protéger encore davantage. Je lui avais, d’ailleurs, interdit de recommencer à me faire une telle frayeur et il a bien intérêt à ne pas recommencer !

Mon mal-être avec la disparition de John, je ne l’avais pas expliqué à Sara. Je n’avais pas envie de gâcher nos retrouvailles avec mes états-d’âme. Mais sa présence m’était essentielle. J’en avais besoin autant elle avait besoin de ma présence pour affronter ce qui lui arrivait. Chacune de nous deux n’avait pas eu la vie la plus glorieuse qui soit et cela ne nous empêchait pas de persévérer, de tenir bon et d’affronter toutes ces épreuves qui n’avaient de cesse de nous forger. C’est important après tout. Maintenant que j’ai eu la chance divine d’avoir retrouvé mon frère, je ne cessais d’accroître mes efforts pour être encore et toujours présente pour Sara et ce, qu’en importaient les moyens. Car même si je n’avais pas l’opportunité d’être physiquement à ses côtés, je demeurais présente pour la soutenir par le biais des mails ou des holos… D’autant plus que l’apparition d’une nouvelle menace était survenue au sein de notre charmante et délicieuse Voie Lactée et que les Forces Spéciales de l’Alliance Interstellaire mettaient tous ses soldats sur le terrain pour les décimer et les détruire pour de bon. Des efforts qu’il fallait bien concentrés et calculés pour ne pas foncer dans le tas pour, surtout, ne pas connaître des pertes humaines inutiles. Pour ma part, je ne voulais pas foncer pour mieux « souffrir ». L’expérience vécue au sein de la Citadelle a été un avertissement et je ne pouvais m’empêcher de relier les Moissonneurs à cette nouvelle race à la physiologie quelque peu… étrange… D’autant plus que j’appris par le biais de certains soldats que mon frère, avec son équipage, enquêtait également sur ces derniers avec Cerberus. Je ne voulais pas me confronter à lui et ce n’était clairement pas mon but, loin de là ! Je n’allais pas le rejoindre dans sa propre bataille car j’avais la mienne à mener, mais il était certain qu’il fallait unir nos forces face à cette nouvelle menace et se montrer encore davantage plus vigilants qu’auparavant.

Qui étaient-ils ? Que sont-ils ? De quelle espèce proviennent-ils ? Des questions qui demeurent en suspens, mais dont les réponses ne tarderont pas à être trouvées. Une enquête non loin des systèmes Terminus, le lieu de la galaxie qu’ils semblent affectionner. Avec mon unité, nous étions restés en stand-by dans une sorte de grotte, prêts à dégainer les armes pour les abattre un à un. L’ordre était clair : ne pas faire les cons et ne pas jouer les héros surtout ! Le but essentiel et précis était de récolter un maximum d’informations afin de les rapporter à l’Alliance et d’établir un « diagnostic » plus poussé et étoffé. Sauf que j’ai été interpellée par un cri strident. J’ai été interpellée par un cri… à faire froid dans le dos… puis un énorme fracas et… silence le plus total. Le cri provenait d’une voix humaine, je pourrais en mettre ma main à couper. Impossible de dire si c’était un homme ou une femme, mais je ne pouvais pas rester terrer dans cette petite zone de sécurité sans rien faire. Alors ai-je demandé à quelques membres de mon unité de m’accompagner vers cette zone non sécurisée. Il fallait que je sache ce qui se passait et je n’avais pas du tout forcé la main à mon équipe. Les volontaires avaient agi de leur plein gré et il fallait parfois prendre des décisions dans les moments les moins opportuns. Donc nous nous dirigions, avec prudence ceci dit, vers le lieu où les bruits se sont faits entendre. Dire que je n’avais pas peur n’aurait pas été la vérité, mais il faut reconnaître que lorsque tu es à la tête d’une équipe, tes émotions, faut les mettre de côté, notamment pour montrer à tes soldats que tu as la tête sur les épaules, que tes pensées sont strictement tournées vers l’objectif et qu’il fallait tout tenter pour que ce soit un succès. Cependant, ce dont je n’avais pas prévu c’est l’attaque furtive et immédiate d’un… je ne sais pas quel est son nom… mais l’aspect de son corps était particulier, se rapprochant étrangement de ce que nos supérieurs nous avaient décrit concernant cette nouvelle menace. Les coups de feu ont rapidement retentit. Très vite, j’avais ordonné à mes soldats de se mettre à l’abri, de rester à couvert et de tirer dès que l’occasion se présentait. Fort heureusement, cet ennemi n’était pas des plus coriaces. Plusieurs tirs au fusil d’assaut ainsi qu’une grenade avaient eu raison de lui, mais c’était bien loin d’être terminé… Nous reprenions notre chemin pour atterrir à la destination. J’étais encore davantage sur mes gardes et au fond de moi, j’aurais vraiment voulu renvoyer ces quelques volontaires pour qu’ils soient vraisemblablement à l’abri, mais je ne le pouvais pas… Simplement qu’avec ma présence, je pourrais les protéger, mais sans moi, je serais complètement démunie… Démunie d’apprendre qu’ils aient eu un accident et qu’ils soient tombés au combat sans que je ne puisse être présente pour les aider… C’est une véritable prise de responsabilités qu’il ne fallait pas prendre à la légère, vraiment pas. Chaque mission me fichait la trouille dans mon for intérieur, mais impossible à montrer, vraiment impossible.

Une fillette. Une fillette en compagnie de son père, vraisemblablement, pris en otage par ces monstres. J’ignorais pendant combien de temps ils avaient été capturés, mais leur état physique n’inspirait rien de bon. Profitant qu’un de ces monstres ait le dos tourné, je m’étais avancée vers le père et la fille, mimant le fait qu’ils devaient rester silencieux et que nous allions les aider à se sortir de ce guêpier. Deux de mes volontaires se sont chargés de veiller sur eux et de les éloigner de cet endroit sordide tandis que j’avais commencé à scanner deux de ces énergumènes avant de me mettre à tirer sur chacun de ces ennemis pour ne leur laisser aucun répit. Je devais bien reconnaître que j’y mettais toute la gomme, j’y mettais toutes mes tripes et toute ma rage. Parce que j’avais appris qu’il était fort possible que ce soit eux qui aient attaqué le Normandy et que mon frère avait été déclaré mort. Un geste que je ne pardonnerais jamais et que je n’allais certainement pas culpabiliser de les tuer pour venger toutes les victimes du Normandy. Je ne me reconnaissais plus. J’agissais sous l’impulsion de mes émotions, mais cela me faisait du bien malgré tout. Cela me faisait du bien car je les voyais tomber au sol l’un après l’autre. Mes soldats se donnaient à la charge sous mes instructions et restaient vigilants et sur leurs gardes. Il le fallait de toute façon. Ils n’étaient que 5. Nombres minimes, mais dont la difficulté pour les anéantir a été grandissante. Le plus important était que la fille et son père étaient sauvés et qu’il fallait absolument les ramener pour les soigner et les réhydrater. La mission avait changé : des innocents étaient en jeu. Retour au bercail.

Un signal de détresse. Un signal aperçut aux abords des systèmes Terminus. Un signal aperçut alors qu’avec mon unité, nous enquêtions sur la disparition d’un des vaisseaux de l’Alliance prénommé SSB Roma. Nous étions arrivés juste à temps pour sauver les rescapés du vaisseau, mais à peine le vaisseau retrouvé et le sauvetage exécuté, qu’il fallait retourner dans les systèmes Terminus pour nous concentrer sur le signal de détresse et voir de quoi il en retournait le plus précisément et rapidement possible surtout. Les Récolteurs… Voilà comment ces créatures étranges se faisaient appeler. Bien que les Moissonneurs semblaient avoir accordé un peu de répit à l’Humanité, ce n’était sans compter sur l’apparition des Récolteurs pour nous donner du fil à retordre et faire de nombreuses victimes. John et son équipage se préoccupaient bien d’eux et ils apportaient une aide essentielle à nos troupes. Je ne cessais de lui accorder une pensée de courage et de bravoure. Mais ce n’était pas lui qui me préoccupait le plus, mais bien ce signal. Sur notre route, nous avions rencontré quelques Récolteurs de bas étage qu’on avait réussis à détruire. Juste ceux-ci nous avaient ralentis sur notre chemin et nous finissions par arriver à destination de cet abri sous-terrain. En tête de gondole, j’avais pénétré en son sein en prononçant directement les mots les plus attendus : « Nous sommes de l’Alliance. Nous sommes venus vous tirer de là. » A peine ceux-ci prononcés, que j’eus la stupéfaction de découvrir ce visage que je ne pourrais jamais oublier et qui demeurais ancrer dans mon esprit. La découvrir dans un tel état m’arrachait le cœur, au point d’en faire assouvir ma soif de vengeance envers ces maudites créatures des ténèbres. Oui j’avais été surprise qu’elle se soit précipitée dans mes bras et qu’elle m’ait embrassé devant mon unité… mais je ne lui en voulais guère. En de pareilles circonstances, j’aurai réagi de la même façon et mon seul devoir après les avoir sauvé était de la rassurer, de la calmer et de la garder précieusement dans mes bras. « Tout va bien, maintenant. Tu n’as plus rien à craindre… »

Les Récolteurs… Il fallait que j’en parle à Sara, car c’était notre véritable menace en ces jours lugubres et que nous nous battions pour les repousser de nos terres. La mettre au courant de leur existence, de la raison de leurs enlèvements, mais surtout de la disparition du SSB Roma avait été un véritable choc pour elle. Je ne pouvais que la comprendre : son frère de cœur, son meilleur ami faisait partie de l’équipage. Sa réaction de détresse la plus totale était totalement humaine. Mais ce n’était qu’au retour sur la Citadelle qu’elle apprit que son meilleur ami était hors de danger : un véritable soulagement. A mon plus grand regret, je devais la laisser, encore une fois… Cela m’agaçait car elle avait besoin de moi, je le savais. Entre son frère de cœur et la maladie de sa mère, il lui fallait un maximum de soutien que je ne parvenais pas à lui apporter de manière officielle et totalement physique. Ainsi alors profitais-je de chaque temps de répit pour lui parler par le biais de courrier ou encore d’holo. Je ne voulais pas la laisser seule et je voulais qu’elle sache que malgré les kilomètres nous séparant, j’étais présente, coûte que coûte, qu’elle n’avait qu’un seul mot à prononcer pour que je débarque pour demeurer auprès d’elle.

Pourtant… malgré l’envie d’être présente l’une pour l’autre, nos obligations nous empêchaient de nous retrouver… C’était énervant. C’était agaçant. Mais elle prit la décision de rejoindre l’Initiative d’Andromède tandis que je continuais de gravir les échelons au sein de l’Alliance et d’avoir davantage de responsabilités. L’happy-end n’était pas au rendez-vous pour nous deux, mais je gardais espoir en l’avenir de pouvoir la revoir et la retrouver. Ce n’était pas pour rien que nous nous étions échangées ces pendentifs : un cadeau précieux qui demeurait autour de mon cou, sans que je ne pense à l’enlever… Mais l’heure n’était plus à l’amour désormais… L’heure était à la protection, au sauvetage, à l’union… face aux… Moissonneurs.

John avait réussi à repousser les forces des Récolteurs. Tout le monde pensait qu’un répit allait avoir lieu, mais non : la menace des Moissonneurs était bel et bien présente. Le Conseil de la Citadelle ne voulait toujours pas croire les paroles de mon frère. Je le soutenais. Je poussais également un coup de gueule contre ces derniers d’être aussi stupide de ne pas réaliser ce qui était en train de se passer dans la Voie Lactée. John n’a strictement pas inventé ces créatures. John n’a pas inventé l’attaque de Sovereign sur la Citadelle. Le Conseil était les premiers concernés par cette affaire car il a été l’une des premières victimes, mais malgré tout ce qui s’était déroulé à travers la Galaxie, ils n’étaient pas encore capables de réaliser l’irréalisme. C’était insensé, totalement insensé ! Je pouvais, néanmoins, m’estimer heureuse que mon supérieur ne soit pas aussi taré et qu’il m’ait encouragé à soutenir mon frère et à faire tout ce qui était en mon pouvoir pour sauver l’Humanité. Je ne perdais pas la face. Je ne parvenais plus à dormir. J’ignorais si je trouverais, un jour, le temps pour effectuer un sommeil complet et bien réparateur, mais il était clair et évident que les Moissonneurs ne nous aidaient pas à avoir du répit. Leurs attaques étaient dissimulées un peu partout dans la Galaxie. Les forces se mobilisaient pour les repousser du mieux possible, mais je ne pouvais pas rester à leurs côtés indéfiniment. Quand j’appris que mon frère et son équipage se trouvaient à Londres, je m’y suis rendue sans réfléchir. Ils avaient besoin de moi. Ils ne pourraient pas refuser mon aide, même si j’entendais John me crier dessus pour me tenir à l’abri, il pouvait toujours rêver pour que je sois en retrait ! Je fais partie de l’Alliance. Je suis une militaire. Je suis un soldat avant tout, qu’en importe les rangs ou les gardes qu’on peut posséder. Quand on a ça dans le sang, rien ne pouvait vous reculer, absolument rien !

Le chaos. La destruction. Le mal. Jamais je n’aurais cru ça possible. Jamais, je n’aurais pensé qu’un tel sort serait, un jour, réservé pour la Voie Lactée. Cela m’arrache le cœur. J’en ai la boule au ventre. S’ils n’avaient pas été CONS, JAMAIS on n’en serait venu à un tel scénario. Nous avions fait tout notre possible pour les repousser, pour les détruire, mais les Moissonneurs demeuraient trop nombreux. Bien qu’il ait été « facile » d’anéantir les Soldats Geths, pour les grosses machines, c’était une toute autre histoire. Une histoire macabre et lugubre. Une histoire qui fait froid dans le dos. Une histoire qui… Cela me coûte de parler de cette période… C’était… la période de trop… C’était la période où les émotions, où les sentiments sont mis à rude épreuve… Se focaliser sur l’objectif et de ne pas le dévier… J’ai même réussi à perdre ce jeune garçon que je n’étais pas parvenue à sauver à temps… C’est douloureux de perdre des âmes innocentes… de pauvres victimes… Tous ces côlons méritaient de vivre en paix… et ça leur a été volé… C’était inadmissible… Et je ne peux même pas imaginer dans quel état d’esprit peut se trouver mon frère… Car oui, pour notre survie, pour tenter de survivre à la destruction de la Voie Lactée et espérer avoir encore une chance de survie, nous avions regagné une arche s’appelant « Oméga », grâce à John et à une certaine Aria T'Loak, pour prendre la direction de la galaxie d’Andromède : notre unique chance de nous reconstruire. Et je sais que ça sera pénible pour John… pour nous tous…

La Voie Lactée n’est plus… mais elle demeurera à jamais graver dans nos cœurs, dans nos mémoires… et nous continuerons toujours à repousser l’ennemi pour elle… à jamais…


galaxy of andromeda ::  here we are

La Galaxie d’Andromède. Je ne pensais pas pouvoir, un jour, rejoindre cette galaxie lointaine pour me reconstruire. Le voyage a été long, très long. Combien de temps avions-nous été en stase ? Je l’ignorais. Ou alors, j’en avais conscience, mais ne désirais pas m’en souvenir… Etrange… Néanmoins, j’étais en vie, mon frère était en vie et c’était ce qui comptait le plus. J’avais dans l’espérance de pouvoir revoir mes parents à mon réveil : je n’avais pas trouvé une seule trace d’eux au sein de cette arche. Pleins de rescapés, mais ni maman, ni papa… Pas possible… Je ne pouvais pas croire que je les perdrais aussi vite… Pas un seul adieu… rien du tout… Je… J’avais appris à vivre sans eux pendant de nombreuses années, mais là… Je gardais, tout de même, un petit espoir. Peut-être étaient-ils au sein d’une autre arche et qu’ils reviendraient, que nous rattraperions le temps perdu… Il fallait que je garde espoir pour ne pas que je pète définitivement un câble… Mais, au moins, le destin m’avait permis d’avoir mon frère à mes côtés et c’était ce qui m’importait le plus en cet instant précis.

Le Nouveau Nexus… Nouvelle terre d’accueil… Le réveil a été pénible, presque quelque peu douloureux, mais rien d’insurmontable. Il m’avait fallu du temps pour rassembler mes esprits et réaliser exactement ce qui se passait. Pour dire… je pensais le plus clair de mon temps, dès l’arrivée, aux côtés de John, car nous ressentions le besoin de nous retrouver et de discuter de tout ce qui s’était passé car nous n’en avions pas eu l’occasion de le faire plus tôt… Puis, ce fut cette silhouette qui me tiquait les yeux. Une silhouette que je reconnaîtrais entre mille et que je ne pourrais jamais oublier. Elle avait cette démarche encore plus assurante que par le passé. Elle semblait être totalement sûre d’elle et j’étais convaincue qu’elle avait dû accomplir des miracles ici… alors que moi… que nous… Elle était magnifique… Je conservais cette hâte de la retrouver, je ne me le cachais pas, mais j’avais besoin de me retrouver et de faire le point…

Plusieurs mois se sont écoulés. Je commençais à prendre mes marques au sein de ce nouveau lieu. Ce n’était que le début d’une nouvelle vie, il me faudra encore du temps pour me faire totalement à ces nouveaux lieux, à ces nouveaux visages, mais rien qui me paraît insurmontable. Au moins, mon arrivée m’avait réservée quelques surprises… Surprises où j’avais été convoquée pour le Conseil… Nexus ou Citadelle, je ne savais pas trop… à vrai dire, je m’en fichais pas mal… Tout ce que je savais est que les membres du Conseil de la Citadelle ne semblaient pas faire partie de ce Conseil et c’était mieux comme ça… Ce fut avec grand étonnement et grande surprise que je reçus la nomination au rang de N7 ainsi que le statut de Spectre humaine. Je ne vous cache pas que d’apprendre ceci avait failli m’arracher quelques larmes, car je ne m’y étais pas attendue, mais aussi parce que je n’avais pas la sensation de mériter tout ça… Evidemment, que j’accueillais ces présents comme des cadeaux uniques, comme des félicitations, des récompenses pour tous les efforts accomplis jusqu’à présent, mais… ça m’avait glissé sur la peau… Je ne m’en étais pas réjouie… je l’aurai été dans d’autres circonstances, c’était certain… Ici, là, dans ce cadre actuel, ça avait un goût amer… même si c’était Sara en personne qui m’avait annoncé la nouvelle. Ça aussi… Tant de choses ont changé… Ce n’était pas comme cela que j’avais espéré mes retrouvailles avec elle… et Dieu seul savait à quel point j’avais besoin de sa présence, car je me sens… perdue… et ça me fait peur… Mais, au moins, avait-elle été saine et sauve et j’étais véritablement fière d’elle de tout le chemin qu’elle avait accompli pour son jeune âge. Elle était devenue un symbole de réussite et d’espoir désormais… tandis que les Shepard doivent vivre avec le fait qu’ils n’aient pas réussi à sauver la Terre et toute la Voie Lactée…

Demain est un autre jour. Le temps finira par panser les plaies. Le temps finira par nous permettre de nous remettre de toutes ces mauvaises et terribles épreuves…

Jane Shepard, lieutenant-commandant de l’Alliance et Spectre humaine, reviendra dans toute sa splendeur et continuera de se battre… jusqu’à la toute fin des mondes !



 
avatar
PROCHAIN NIV. :
Drew O'Connor
SMOL ANGRY BIOTIC ☩ INITIATIVE
0
0
— FICHE DE PERSONNAGE : http://themasseffect.forumactif.com/t34-drew-t-h-e-c-r-a-s-h#78
— OMNI SMS : http://themasseffect.forumactif.com/f309-boite-de-reception-de-drew-o-connor
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : Pendräagon.
— XP : 241
— PRÉSENCE : Présent.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Clive (+) Reel (+) Scott.
— CRÉDITS : 220

— RACE : Humain.
— SPÉCIALITÉ : Drew est un biotique équipé d'un implant L5x très endommagé, le rendant dangereux mais puissant.
— LIEU D'HABITATION : Il possède un petit appartement dans le cœur du Nexus.
— ÂGE : Drew possède vingt sept ans.
— PROFESSION : Anciennement timonier du SSV-Roma, dorénavant membre du Tempête en tant qu'Adepte.
— FACTION : Andromeda Initiative.
— ARMES : Il possède un M8 Avenger, mais sa meilleure arme reste tout de même ses pouvoirs biotiques.
— O.SEXUELLE : Drew est homosexuel. Néanmoins, il est déjà sorti avec une Asari. Les exceptions à la règle existent.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.
Posté Lun 12 Mar - 18:20
Hé bah hé bah hé baaaaah, quel début de fiche prometteuse !

Je suis heureux de te souhaiter officiellement la bienvenue, Jane !

J'ai hâte de lire une fois que tout sera fini ! Mais rien que ce que tu as pondu là... MAGASH.

Bon courage pour le reste de ta fiche


avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : shining heart.
— XP : 219
— PRÉSENCE : quotidienne.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : ce n'est pas encore d'actualité. (a)
— CRÉDITS : 274

— RACE : humaine, sans anomalie physique quelconque.
— SPÉCIALITÉ : soldat, là où l'action la guide et la renforce.
— LIEU D'HABITATION : le nexus, plus précisément, dans le secteur sud des quartiers résidentiels.
— ÂGE : trente-deux années où le combat, où la guerre, où les pertes ont comblé ses années.
— PROFESSION : lieutenant-commandant & spectre.
— FACTION : l'alliance.
— ARMES : la n7 possède un M-8 Avenger (fusil d'assaut), un Stiletto (pistolet) & un M-23 Katana (fusil de pompe).
— O.SEXUELLE : homosexuelle, seules la douceur et la sensualité d'une femme parviennent à traverser le coeur de la lieutenant.
— AMOUREUSEMENT : complexe, l'essence de son coeur est perturbée.
Posté Lun 12 Mar - 20:02

Je suis plus que ravie que ce début t'ait plu
& je ferai en sorte de ne pas te décevoir pour le coup alors
merci beaucoup pour ton accueil





avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— FICHE DE LIEN : http://themasseffect.forumactif.com/t121-
— FICHE DE PERSONNAGE : http://themasseffect.forumactif.com/t89-
— OMNI SMS : http://themasseffect.forumactif.com/f314-boite-de-reception-de-eli
— GESTION DES RPS : http://themasseffect.forumactif.com/t119-
— RENEGADE :
85 / 10085 / 100

— PARAGON :
5 / 1005 / 100

— PSEUDOs : Linus.
— XP : 207
— PRÉSENCE : Pas assez fréquente.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— DC&TC : Jared Chambers.
— CRÉDITS : 109

— RACE : Intelligence artificielle.
— SPÉCIALITÉ : Hacker.
— ÂGE : 4 ans et ½.
— PROFESSION : Fauteur de troubles.
— FACTION : Cerberus 4ever ♥ ! Bien que l'organisation ait désavoué ELI, après avoir tenté (sans succès) de l'effacer de ses serveurs, il garde un certain attachement pour sa « maman ».
— ARMES : Son intelligence suprême (ou pas) et n'importe quel appareil relié à un réseau mal/peu sécurisé, qu'il vous fera péter à la gueule sans la moindre hésitation. Ka-boom !
— O.SEXUELLE : Il aime les bits. Non pas ces bits là ! Enfin, peut être. Qu'est-ce qu'il en sait ... ? Ses processus n'ont jamais étudié la question.
— AMOUREUSEMENT : ELI vous répondra qu'on ne l'a pas programmé pour ça. Théoriquement, il est fiancé à deux humains, un hanari et six volus ... ou plutôt « Vathymea, jf asari recherche bel alien pour fusion intense ! Besoin d'aide pour quitter le vilain astroport sur lequel je suis coincée :(( » l'est. C'est pas qu'il aime l'argent, mais les arnaques à la butarienne le fascinent.
Posté Lun 12 Mar - 20:54
Bienvenue parmi nous Jane
C'est un joli début de fiche, on est déjà sûrs d'aimer la suite !


I'm so done with u
avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : shining heart.
— XP : 219
— PRÉSENCE : quotidienne.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : ce n'est pas encore d'actualité. (a)
— CRÉDITS : 274

— RACE : humaine, sans anomalie physique quelconque.
— SPÉCIALITÉ : soldat, là où l'action la guide et la renforce.
— LIEU D'HABITATION : le nexus, plus précisément, dans le secteur sud des quartiers résidentiels.
— ÂGE : trente-deux années où le combat, où la guerre, où les pertes ont comblé ses années.
— PROFESSION : lieutenant-commandant & spectre.
— FACTION : l'alliance.
— ARMES : la n7 possède un M-8 Avenger (fusil d'assaut), un Stiletto (pistolet) & un M-23 Katana (fusil de pompe).
— O.SEXUELLE : homosexuelle, seules la douceur et la sensualité d'une femme parviennent à traverser le coeur de la lieutenant.
— AMOUREUSEMENT : complexe, l'essence de son coeur est perturbée.
Posté Lun 12 Mar - 22:12
Oh!
Merci Eli'! J'essaierais de ne pas te décevoir, promis.





avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : LadyNightmare
— XP : 120
— PRÉSENCE : Autant que je peux o/
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Jaal Ama Darav
— CRÉDITS : 175

— RACE : Bien qu'elle ai une peau halée, Zahra est une humaine. Biotique certes, mais humaine tout de même.
— SPÉCIALITÉ : La spécialité de l'égyptienne est biotique. C'est une adepte plus précisément.
— LIEU D'HABITATION : Bien qu'elle ai une chambre sur le skyfall, elle est souvent chez elle dans une habitation (bien gardé) sur Kadara.
— ÂGE : La demoiselle est âgée de 39 ans, elle se rapproche doucement, mais surement de la quarantaine.
— PROFESSION : Alors elle a été militaire, membre de l'initiative, soldat au nexus, membre de l'équipe de Sloane Kelly, mais maintenant elle est chef d'expéditions sur le skyfall.
— FACTION : De par son statut de chef d'expédition sur le skyfall, un bateau pirate, Zahra est mercenaires.
— ARMES : Ses pouvoirs biotique sont son arme principale. Elle détient aussi deux dagues dans chacune de ses bottes, ainsi qu'une veuve noire.
— O.SEXUELLE : Malheureusement pour beaucoup (ou pas), la lady ici présente est tout ce qu'il y a de plus hétéro malgré sa relation avec une asari dans le passé.
— AMOUREUSEMENT : Elle n'a personne amoureusement parlant. Elle ne vole pas de conquête en conquête, mais elle profite de la vie.
Posté Lun 12 Mar - 23:27
Bienvenuuuuuuuue o/

Décidément entre Sara et toi **  que de lecture <3 j’ai hâte de lire et que tu vas faire héhé


avatar
PROCHAIN NIV. :
Drew O'Connor
SMOL ANGRY BIOTIC ☩ INITIATIVE
0
0
— FICHE DE PERSONNAGE : http://themasseffect.forumactif.com/t34-drew-t-h-e-c-r-a-s-h#78
— OMNI SMS : http://themasseffect.forumactif.com/f309-boite-de-reception-de-drew-o-connor
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : Pendräagon.
— XP : 241
— PRÉSENCE : Présent.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Clive (+) Reel (+) Scott.
— CRÉDITS : 220

— RACE : Humain.
— SPÉCIALITÉ : Drew est un biotique équipé d'un implant L5x très endommagé, le rendant dangereux mais puissant.
— LIEU D'HABITATION : Il possède un petit appartement dans le cœur du Nexus.
— ÂGE : Drew possède vingt sept ans.
— PROFESSION : Anciennement timonier du SSV-Roma, dorénavant membre du Tempête en tant qu'Adepte.
— FACTION : Andromeda Initiative.
— ARMES : Il possède un M8 Avenger, mais sa meilleure arme reste tout de même ses pouvoirs biotiques.
— O.SEXUELLE : Drew est homosexuel. Néanmoins, il est déjà sorti avec une Asari. Les exceptions à la règle existent.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.
Posté Ven 6 Avr - 13:59
Administration
du forum

Félicitations, tu es validé !Faites péter le champomy ! PARTY !
Bravo, te voilà validé et fin prêt à te lancer à l'aventure dans l'immense, vaste et dangereuse galaxie d'Andromède ! Toutefois, voici un petit récapitulatif des sujets que tu devrais aller visiter pour pouvoir profiter pleinement de ton expérience de jeu sur notre petit forum.

la section administrative ;
Signer le règlementBottin d'avatar
Tout ce qui est Administratif est important. Si tu ne l'as pas fait, il te faudra signer le règlement du forum, bien que la validation n'est pas possible si tu ne l'as pas déjà fait. Tu pourras aussi aller dire quel est le personnage de ton avatar sur le bottin d'avatar uniquement si tu as créé toi-même ton personnage et non pas un de la saga des jeux.

gestion de personnage ;
Faire ses liens de personnagesFaire son journal intimefaire sa gestion de rpscréer son numéro omni-smscréer sa boite e-mail
Gérer son personnage est très important ! C'est un des meilleurs moyens d'étendre sa visibilité et son authenticité. Sur Mass Effect Insurrection, nous n'avons pas fait les choses à moitié : Vous pouvez créer une fiche de lien, un journal intime, une gestion de rp et même envoyer des omni-sms et e-mails ! Les omni-sms sont un concept créé par le Staff pour permettre d'envoyer des sms par la passerelle de son omni-tech. Le old school du téléphone version futuriste ! Tout cela est fortement conseillé mais non obligatoire, bien entendu.

la section role play ;
Demander un rpMéridiane, le nouveau nexusAndromèdeZone Flashback : Voie Lactée
En ce qui concerne les rps, désormais, tu y as accès comme bon te semble ! Tu peux néanmoins aller demander un rp si tu n'as pas de compagnon, voir même te détendre dans la secion RPs hors-jeu en démarrant  !

la section hors-jeu ;
Voter sur les Top sitesjouer aux JeuxFlooder

Le hors-jeu est l'une des parties les plus importantes du forum. C'est dedans que tu peux jouer aux jeux, flooder, voter aux top site, poster ta galerie d'art ou de n'importe quoi d'autre ; en bref, tout ce qui te concerne toi ou tout ce qui tourne autour de l'amusement sans prise de tête. Le flood fait vivre le forum alors n'hésite surtout pas à spamer cette partie !

les aides & guides ;
le Guide du Novicela carte de la galaxieLes NIVEAUX et l'XPles succèsles crédits conciliensla Chronologiele codex du forum

Tout ce qui te sera utile tout au long de ton séjour ici se trouve dans ces liens raccourcis. Nous avons mis à ta disposition des montagnes d'informations nommées Le Codex afin que tu puisses t'y retrouver plus facilement dans l'univers de Mass Effect !
Le guide du novice est là pour toi si tu veux revoir les bases du forum rpg, ce que tu as d'exclusif sur Mass Effect Insurrection ou si tu veux revoir quelques bases sur la saga de jeu ; les annexes sont ici pour t'indiquer les membres du staff et t'expliquer le fonctionnement de certains systèmes au sein du forum -sans oublier t'énumérer toute classe présentes dans Mass Effect ; et enfin, Le Codex comme cité plus haut est fait pour tes recherches sur l'univers des jeux.


Sur ce, je te souhaite une bonne aventure parmi nous ! Te joindras-tu avec les plus héroïques afin de préserver cette paix sensible en Andromède, ou au contraire, plongeras-tu la galaxie dans le chaos ?



Bienvenue sur Mass Effect : Insurrection !




PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
0
0
Posté