AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

RYDER + I'm only human after all
avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : DC-Verse
— XP : 192
— PRÉSENCE : 5j./7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— CRÉDITS : 7

— RACE : Humaine
— SPÉCIALITÉ : Franc-Tireur
— LIEU D'HABITATION : Au sein du Nexus
— ÂGE : 23 ans
— PROFESSION : Pionnière de l'arche humaine, membre du Conseil du Nexus
— FACTION : Initiative
— ARMES : 1 fusil de précision Isharay; 1 pistolet Sidewinder; 1 fusil à pompe Dhan
— O.SEXUELLE : Homosexuelle
— AMOUREUSEMENT : Troublée
Posté Lun 12 Mar - 17:47
Sara Ellen RyderA Better Beginning
NOM & PRÉNOM(S) + Le nom d'un clan qu'on ne présente désormais plus dans Andromède, et qui avait également sa renommée dans la Voie Lactée: celui de la famille Ryder. Si son second prénom, Ellen, demeure un hommage et un souvenir la rattachant fortement à sa mère, notre jeune intéressée s'est vue baptisée sous le prénom de Sara. SURNOM + Pour beaucoup de personnes, Sara répond à l'appellation de 'Pionnière', purement et simplement. Les personnes la connaissant d'avantage, et faisant partie de son cercle d'amis, ont tendance à l'appeler simplement Ryder. Sans compter Scott, qui ne peut s'empêcher de lui dire constamment frangine... Oh, et il y a aussi un certain Krogan qu'elle affectionne et qui passe son temps à la surnommer 'Gamine' sinon... AGE + On pourrait ergoter et partir du principe que, comme tous les colons de l'Initiative, Sara a passé le cap des six cent ans d'existence... Mais restons simple, et contentons-nous de respecter cette jeune, mais déjà remplie, expérience de vie qui compose les vingt-trois années de la Pionnière! ESPÈCE + Rien d'exceptionnel, juste une simple humaine, rien de plus. LIEU D'ORIGINE + C'est sur cette bonne vieille et regrettée Citadelle, au coeur de la Voie Lactée, que Sara a poussé son premier cri... Juste quelques minutes avant Scott. Une précision qu'elle ne manque jamais de souligner par ailleurs! PROFESSION + Pionnière humaine, de l'arche Hypérion, et membre du Conseil du Nexus, et accessoirement à la tête de l'équipage du Tempest... Oui, ça fait pas mal de bordel à gérer au quotidien. LIEU D'HABITATION + Bien qu'elle serait la plus heureuse de pouvoir s'offrir une résidence de premier choix et de luxe au sein de Méridiane, ou pourquoi pas même au coeur d'Aya, c'est au sein du Nexus que Ryder a conservé ses quartiers, histoire de pouvoir jongler ainsi plus facilement avec ses obligations. SITUATION AMOUREUSE + Officiellement, la Pionnière est à considérer comme célibataire. Toutefois, les choses ne sont pas aussi simple qu'il peut y paraître... En témoigne l'arrivée de cette rouquine à l'allure assurée et au regard ténébreux, dont la représentation du visage demeure secrètement enfermée dans le pendentif que Ryder porte autour de son cou. Un délicieux souvenir de la Voie Lactée ne demeurant plus aussi lointain désormais... ORIENTATION SEXUELLE + Homosexuelle confirmée et affirmée... Sa seule tentative malheureuse avec un homme lui a permis de comprendre qu'elle ne changerait jamais d'opinion à ce sujet! FACTION + Cette même faction qui l'a fait traversé l'espace et les galaxies pour se retrouver dans Andromède, celle en qui elle n'a eu de cesse d'avoir espoir... Et de se battre pour elle... L'Initiative! ARMES + Ryder affectionne tout particulièrement un fusil de précision Isharay, qu'elle a eu en guise de remerciement par les Angaras, après avoir libéré la Moshae. Cela ne l'empêche pas de toujours conserver son fidèle Sidewinder accroché à sa ceinture: elle ne va jamais nulle part sans lui! Enfin, en cas de contact, elle privilègie l'usage d'un Dhan, dont elle a pris possession aux pieds d'un cadavre Kert durant un échange de feu nourri sur Éos. SPÉCIALITÉ + Ryder s'est spécialisée en tant que Franc-Tireuse. Depuis son entrée dans les forces armées de l'Alliance, elle n'a eu de cesse d'approfondir et d'asseoir sa maîtrise du fusil de précision. Elle est d'ailleurs également passée maitre dans l'art du système de Camouflage et des chaleurs infernales de l'Incinération. Son autre spécialité résiderait surtout dans sa connexion privilégiée avec SAM, cette dernière lui permettant de pouvoir influer et tirer meilleur parti de son anatomie et de sa physiologie. C'est de par cette connexion, à l'instar des autres Pionniers, que Ryder est à même de pouvoir jongler entre différents profils de combat... Même si c'est un jonglage auquel elle ne s'adonne pas souvent.

Paragon ☩ renegadela moralité de ton personnage





Sara a toujours été une fonceuse au fort caractère, et ce, depuis toute petite. Déjà enfant, elle aimait faire entendre sa voix et, surtout, prendre les rennes. Peut en témoigner son jeune frère jumeau d'antan qui, plus d'une fois, se devait de faire face aux 'injonctions' de sa 'grande' soeur. Car oui, dans les jumeaux Ryder, elle est la plus âgée de quelques secondes... Mais quelques secondes qu'elle n'hésite jamais de remettre sur le tapis ou de préciser quand le besoin s'en fait ressentir ! Nul doute que son fort caractère, quant à lui, est un parfait héritage génétique légué tant par sa mère que par son père. Ainsi, on ne s'en prend pas à la chère Ryder sans en payer les pots cassés. Et oubliez là également si vous espérez qu'elle restera bras croisés tout en fermant son clapet. Pourquoi ? Parce que Sara est une femme remplie d'idéaux et de conviction... Et qu'elle n'aura jamais de cesse de les défendre, quoiqu'il en coûte !

Si la pionnière Ryder est une femme de responsabilité, c'est grandement par la force du Destin. Car, croyez bien qu'à son âge, jamais elle n'aurait pensé devoir assumer des responsabilités propre à un pionnier, ni même avoir sur ses épaules le poids de tout un rêve et de tout l'espoir de centaines et de milliers de personne. Car c'est clairement ce qu'il s'est passé depuis sa malheureuse nomination. Un présent symbolique de son père, lors d'un ultime sacrifice. Mais un cadeau aux allures empoisonnées. Car être à la hauteur tout en devenant continuellement faire ses preuves... Cela a vraiment été difficile à vivre pour Sara. Même si, de l'autre coté, elle admettra sans discrétion que cela lui a permis de mûrir grandement... Voir peut-être un peu vite. Toutefois, ce qu'il est bon d'en retenir, c'est qu'elle est aujourd'hui une femme de poigne et avec la tête sur les épaules. Elle a pleinement conscience de l'importance de son rôle et des responsabilités qui sont les siennes. Et tant pour assurer la bonne évolution de l'Initiative Andromède, que pour honorer la mémoire de son père, elle veillera toujours à ne jamais lâcher prise et à donner le meilleur d'elle-même. Elle accorde beaucoup d'importance à démontrer qu'Alec Ryder a pris la bonne décision... Et à lui faire comprendre, là où il repose désormais, qu'en réalité elle l'aimait sincèrement et avait énormément d'admiration pour lui.

Il faut savoir que sur le plan familial, Sara n'a toujours su trouver d'écho qu'en son frère Scott. Avec lui, ils étaient soudés comme les deux doigts de la main. Et tout n'était que bêtises, aventures, quatre cent coups et compagnie... Alors qu'une partie de la jeune Ryder d'antan ne cherchait qu'à attirer l'attention de son père. Cela a marqué une profonde difficulté pour Ryder de pouvoir se livrer et s'ouvrir totalement aux autres. L'attachement est quelque chose qui lui fait peur dans une certaine mesure : la crainte de ne pas trouver une réponse équivalente à l'attachement ressenti, ou même à l'abandon pur et simple. Raison pour laquelle elle ne montre pas facilement ses émotions envers ses proches et ses amis, ni même qu'elle les témoigne. Si elle le fait ? Ce sera d'avantage par l'importance de conversations, d'échanges, de prévenances et de bienveillances. Et, en la matière, autant dire que seul son équipage actuel a le privilège de recevoir un tel contact, et une telle affinité !

Ce que l'on peut également remarquer chez la jeune pionnière humaine, c'est une propension à se montrer détacher, ironique et parfois cynique. Elle pourrait clairement donner l'impression qu'elle ne prend pas les choses au sérieux la plupart du temps. Un aspect de sa personnalité qui s'est également révélé depuis ses péripéties au sein d'Andromède. En réalité, elle est loin d'être une 'je m'en foutiste', que du contraire même. Disons qu'il s'agit simplement d'une façon d'agir pour détendre l'atmosphère et éviter les ambiances extrêmement houleuses et tendues. Bien sûr, c'est une façon de s'exprimer qu'elle met de côté, pour des propos plus solennel, dans le cas de son nouveau rôle de membre du Conseil du Nexus. Mais pour le reste... Elle ne manquera jamais de distiller un peu d'humour ou d'irrévérence pour amuser la galerie ou décrisper la ou les personnes lui faisant face. Bon, ça ne marche pas à tous les coups... Et dieu sait qu'elle aurait plusieurs anecdotes en stock à vous raconter à ce niveau-là ! Mais soit !

À la fois soldat et meneuse désormais, Sara s'autorise le luxe de fixer ses propres ordres et de réfléchir, voir même de désobéir à des ordres de supérieurs directs. Ce n'est pas pour le plaisir de se montrer insubordonnée ceci dit. Quand Ryder va à l'encontre d'injonction, c'est parce que son instinct, ses tripes, lui indiquent qu'elle est dans le vrai, qu'elle ne peut pas faire autrement... Et que les hautes instances ou autres politicars n'auront qu'à s'en accommoder. Un tel comportement de sa part se manifestera principalement lorsque des vies sont en jeu, ou qu'une situation critique ne semble pas trouver de solution 'viable'. Car, c'est vrai que j'y pense, mais peut-être serait-il bon de préciser que Sara adore foncer vers le danger, tête baissée ? En même temps, ce n'est pas en restant face au danger, sans bouger, ou en faisant de la marche arrière qu'on avance... ! Et puis, aurait-elle pu triompher de l'Archonte si elle s'était montrée plus raisonnable ? Très certainement pas !

Derrière tout cela, il est bon à signaler que la pionnière est toutefois 'fatiguée' de toutes ses nouvelles obligations. Ne plus avoir le temps, ni l'occasion de pouvoir se rendre dans un bar comme elle le voudrait, ou bien de flâner des jours entiers sur le Tempest à travers tout Héléus... Oui, cela a le don de lui manquer ! Et, en un certain sens, elle n'hésite pas à saisir la moindre opportunité pouvant lui permettre de regagner le terrain et de la détâcher de son nouvel uniforme de membre du Conseil. Car, avant toute chose, Ryder reste un soldat qui aime mener son équipe, qui aime explorer, et qui aime voyager. Sans compter que blague potache, partie de poker et beuveries exagérées font partie de petits plaisirs qu'elle aimerait pouvoir s'octroyer un peu plus régulièrement.

Pour finir, Sara a pris pour habitude de vouvoyer l'ensemble de toutes les personnes qu'elle côtoie, exception faites de son frère et de rares privilégiés. Une sorte d'habitude qu'elle a conservé depuis qu'elle a été nommée pionnière...

A propos de Sara RyderOn veut tout savoir d'elle.

PHYSIQUE +
Ni trop petite, ni trop grande, Ryder profite d'un mètre soixante-douze, ce qui s'avère honorable pour une femme et, ce, même si cela semble ridicule à côté de la grandeur d'un Turien ou de la masse d'un Krogan. Elle jouit également de courbes féminines soulignées tout juste comme il faut, et qui s'affiche harmonieusement sur sa silhouette athlétique. Car oui, esprit sain dans un corps sain, la Pionnière fait attention à sa ligne, bien qu'elle remercie la vie éprouvante sur le terrain pour lui permettre quelques écarts réguliers ! Après tout, les efforts, ça creuse...

Son visage, aux traits finement anguleux, transpire encore un certaine juvénilité. En effet, les récentes épreuves traversées par Ryder n'ont clairement pas suffit à faire mûrir les traits de son visage. Ainsi lui arrive-t-il de devoir d'avantage compter sur son titre de Pionnière que sur son faciès 'inexpérimenté' pour être prise au sérieux. Toutefois, elle ne manque pas de vieillir quelques traits, telle ses yeux vert jade qu'elles soulignent d'un mascara noir comme l'ébène. Le fard à joues est également un bon outil, même si pour sa part, il lui sert à d'avantage camoufler l'aspect naturellement blafard de sa peau. Tant qu'on est dans le maquillage d'ailleurs, Ryder ne met jamais de rouge à lèvres. Elle préfère un gloss brillant afin de marquer l'aspect finement pulpeux de sa bouche. Ni plus, ni moins. Pour en finir avec son visage, ce dernier s'encadre d'une chevelure de jais, ruisselant de part et d'autres de son faciès, et dissimulant totalement ses oreilles, dont les mèches atterrissent sur le sommet de ses épaules.

Outre ces quelques aspects, le corps de la Pionnière se démarque de façon unique par la présence d'un tatouage autour de sa nuque. Ce dernier est à l'image d'un collier de dentelles croisés, soulignés par un gris foncé, tendant vers le noir. Il ne demeure toutefois par le seul, étant donné que la Pionnière possède l'inscription suivante sur le flanc gauche de ses côtes : 'R.E.S.A.', ces quatre lettres représentant les initiales de sa famille et de leurs prénoms respectifs.

En revanche, loin de l'originalité et de la beauté picturale des tatouages, le corps de Ryder présente trois autres marques beaucoup moins raffinées. La plus visible est cette très légère cicatrice verticale situé juste au sommet de l'arrête de son nez. Un souvenir d'un tir l'ayant effleuré et raté de très très près durant une intervention dans la Voie Lactée. Elle a également la marque d'un tir qui lui a traversé la jambe durant ses premières années sur le terrain. Heureusement, hors de la marque physique, elle n'a jamais eu de douleurs ou de séquelles quelconques. Enfin, et non des moindres, le souvenir brûlant de la confrontation avec un Architecte est clairement marqué sur le bas droit de son bassin. La peau s'est refermée sous l'allure d'une grande trace de brûlure, là où la Pionnière avait été très gravement blessée...

Pour ce qui est du style vestimentaire, notre Ryder ne part jamais en terrain hostile sans sa combinaison hypergardienne aux couleurs anthracites standard. Si le confort de l'armure ne lui semblait guère adéquat à ses premières sorties, elle a finalement pris le pli et se sent totalement à l'aise dedans désormais. Par contre, une fois qu'elle peut s'offrir le plaisir d'une tenue plus civile, Sara ne se montre pas très féminine. Elle fort dans les pantalons, les jean's, accompagnés de t-shirts et autres débardeurs, sans en oublier son inénarrable veste de cuir noir. Le fait est qu'elle se moque de se montrer féminine et opte constamment pour un style très décontracté et 'casual' comme on dit.

Au-delà de cet ensemble de détails, peut-on la considérer comme une belle femme ? Toute est une question de goût. Gageons simplement qu'elle est encore jeune et relativement en bonne santé physique !

LES ANECDOTES +
Ryder possède un Pyjak en guise d'animal de compagnie. Elle l'a affectueusement baptisé Gizmo. Il est la mascotte officielle du Tempest et peut y voyager librement, comme il lui plait. Bien que Ryder ne cesse de lui interdire l'accès à la salle des machines. Et, à défaut de pouvoir avoir un enfant, elle se montre extrêmement maternel envers lui Très proche de son défunt grand-père paternel, elle avait en souvenir de lui le médaillon que l'homme portait autour du cou tout au long de sa vie. Elle l'a conservé durant des années, avant de l'offrir à une personne profondément chère à son coeur. En retour, son cou s'est vu décoré d'un nouveau pendentif au creux duquel se trouve le portrait de ladite personne si importante pour elle... Une certaine Jane Shepard... Sara a été cliniquement morte à deux reprises. Depuis cette 'seconde mort', elle a développé de fortes tendances à la nervosité et à l'insomnie au moment de se coucher. Ainsi peut-elle enchaîner des nuits très courtes ou bien se délecter d'un bon verre de whisky angara pour être assommée et passer une nuit un minimum reposante ! Si sa relation à SAM semble être devenue vitale pour la Pionnière, Sara en a surtout développer un lien fort et très complice. Elle ne cesse de bénéficier de ses bienfaits, alors qu'en retour, Ryder discute beaucoup avec lui afin d'approfondir sa connaissance de l'humanité et des autres races... Mais surtout, la notion de l'humour... Et dieu sait qu'il y a encore du boulot! L'équipage du Tempest est sa seule et unique famille. Et le vaisseau en lui-même est son véritable chez elle. Voilà pourquoi, malgré ses appartements sur le Nexus, la Pionnière tente de maximiser autant que possible sa présence sur son vaisseau et, ce, même si ce dernier est à quai et n'a pas de départ de prévu. Disons que c'est devenu une question d'habitude et de 'confort' Sa mère étant toujours en stase, Ryder essaie de se rendre au moins une fois par semaine près du module de sa mère. Une façon pour elle d'extérioriser et de 'parler' avec elle. La teneur de ses récits peut soit se rapporter à ses aventures à travers Héléus, comme se limiter à des coups de gueule en série. Mais se rendre à ce module est une façon pour elle d'entretenir ce lien si particulier entre une mère et sa fille... Bien qu'elle ne soit pas une scientifique dans l'âme, elle a beaucoup de curiosité et d'intérêt pour la technologie renfermée par Méridiane et par le peuple Jaardan. À l'image de son intérêt pour la technoloie Prothéenne dans la Voie Lactée, elle n'hésite pas à se tenir informer des différentes recherches et découvertes effectuées jusqu'à présent. SAM est une bonne source d'information sur ce qui, peu à peu, se dessine en termes de futures applications envisageables à court termes Elle a l'oreille très musicale... Tout du moins, lorsqu'elle se trouve dans des quartiers privés, il lui faut toujours un fond sonore ou une musique d'ambiance. Le volume n'est jamais très élevé, mais c'est pour le principe. Dans la même veine, elle est très cinéphile, surtout pour les vieilles oeuvres un peu cheap que l'on trouvait dans la Voie Lactée Afin de garder la forme, Ryder s'inflige quotidiennement, au réveil, une série d'exercices. Ces derniers consiste en des dizaines d'abdos ainsi que quatre à cinq dizaines de tractions. Dans le même esprit, elle pratique trois à quatre fois semaine une heure de course sur un tapis prévu à cet effet dans ses quartiers Si elle n'a pas énormément de temps à consacrer à la lecture, elle aime toutefois parfois se poser et parcourir différents ouvrages traitant de la culture Angara et Asari. La culture des Asari a su éveiller son intérêt de par les histoires, le parcours et les ouvrages en possession de Cora. Quant aux Angaras, ils sont encore plein de mystère et elle éprouve un fort intérêt pour leur culture.

SON AVIS SUR LA SITUATION +
Rejoindre l'Initiative... C'était laissé la Voie Lactée derrière nous. Partir vers l'aventure, à la découverte de contrées inexplorées et d'un tout nouveau foyer. L'idée était de prendre un nouveau départ, sans se retourner en arrière... Toutefois, ce n'est pas pour autant que votre coeur est à la fête lorsque vous apprenez que votre galaxie d'origine a été terrassée par ces saloperies de Moissonneurs !!!

Ce n'est pas ça, je suis heureuse de revoir certains visages que je ne pensais jamais retrouver un jour... Mais la joie fut de courte durée en apprenant la sinistre vérité. J'ai été profondément choquée, perturbée, coléreuse, enragée et triste d'apprendre tout ce qui s'était passé. Car, lorsqu'on regarde le parcours des Arches depuis notre arrivée ici-même, avec le Fléau, les Kerts et les Reliquats... Nous aurions tout autant pu échouer et signer alors la fin définitive de l'humanité, ou même des races conciliennes... Et cette simple pensée vous fait atrocement froid dans le dos !

Mais ce que m'a appris Andromède, c'est que nous n'avons nullement le temps de pleurer les malheurs et les disparus. Mon avis est que nous sommes autant ce nouvel espoir et ce nouveau foyer que tous ces réfugiés espéraient trouver. Et que nous nous devons de les aider et de les accueillir comme il se doit... Sans pour autant se laisser marcher sur les pieds ! Car l'Alliance a bien des tords, et je serai déterminée à ne pas la laisser ruiner Héléus en reproduisant les mêmes conneries, foi de Pionnière !

Ton toi derrière l'écran !On veut tout savoir de toi.
NOM & PSEUDO + JF, alias DC-Verse
TES PASSIONS + Tes loisirs & activités.
SÉRIES, FILMS, JEUX VIDÉO + Saint Seiya, Star Wars, Star Trek, The Flash, Code Quantum, Docteur House, Young Justice, MCU, DCEU, Crash Bandicoot, Ratchet & Clank, Mass Effect, Saints Row, Batman (trilogie Arkham), Telltales (Batman & Wolf Among Us)
PRÉSENCE + 5j./7 en moyenne
TON AVIS SUR LE FORUM + Depuis le temps que le stalke, je suis grave heureux qu'il soit ouvert *-* Puis c'est juste une pépite d'or en barre concentrée ce bébé      
COMMENT AS-TU CONNU ME:I + En farfouillant un peu partout sur le bottin de FA  
TON DERNIER MOT, NIARK + I'll be always your pathfinder  







avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : DC-Verse
— XP : 192
— PRÉSENCE : 5j./7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— CRÉDITS : 7

— RACE : Humaine
— SPÉCIALITÉ : Franc-Tireur
— LIEU D'HABITATION : Au sein du Nexus
— ÂGE : 23 ans
— PROFESSION : Pionnière de l'arche humaine, membre du Conseil du Nexus
— FACTION : Initiative
— ARMES : 1 fusil de précision Isharay; 1 pistolet Sidewinder; 1 fusil à pompe Dhan
— O.SEXUELLE : Homosexuelle
— AMOUREUSEMENT : Troublée
Posté Lun 12 Mar - 17:48
This is my storybecome the pathfinder
On dit de cet homme beaucoup de choses encore aujourd'hui... Un exemple... Un modèle... Un soldat brillant et un véritable leader. Un rêveur idéaliste qui n'avait nullement peur d'aller jusqu'au bout de ses lubies et de ses folies. Un homme pour qui l'impossible n'avait pas lieu d'être. Ce même homme qui visualisait toute la grandeur d'une civilisation, d'une race, d'une galaxie toute entière... Et de tout ce dont une autre galaxie pouvait nous apporter, quelle que soit notre origine, ou même notre espèce. Il était cet homme de caractère envers qui l'on montre tant d'hommages aujourd'hui. L'une des nombreuses épines dorsales ayant permis de rendre le projet de l'Initiative viable et réalisable... Oui, Alec Ryder était tout cela à la fois. Mais s'il y a bien une chose qu'Alec Ryder n'était, c'était un père...

Scott, mon frère jumeau, et moi-même n'avons jamais réellement grandi en présence de notre père. J'ai toujours pensé qu'Alec était d'avantage marié à l'Alliance et à son métier qu'à notre mère et sa propre famille. La sensation toute simple de faire partie d'un héritage laissé sur le côté, et qu'on laisse vieillir et grandir suffisamment pour ne s'en occuper qu'une fois le moment venu. Ne pas recevoir cette attention et cette présence que l'on requiert tant lorsque l'on est qu'un enfant. Chez nous, le père qui vient vous border, et vous rassurer des monstres nocturnes pouvant se terrer sur votre lit, n'existe tout simplement pas. Ce même père qui vous aide à vous relever lorsque vous tomber et vous faites mal, ou encore ce père qui vous aide quand vous rencontrez un problème sur un devoir scolaire, ou bien parce qu'on s'en est pris à vous... Sans compter cette figure paternel qui vous regarde fièrement grandir et ne cesse de se montrer là à chacun de vos anniversaires parce que vous êtes son plus grand trésor, sa plus grande fierté, sa plus belle réussite. Bon nombre de mes amis ont connu ce privilège. Mais pour Scott et moi, ce n'était pas à l'ordre du jour. Ca ne l'a jamais été ! Et quel genre de père était-on si ce n'était pour ne jamais faire un effort, aussi minime soit-il, pour de temps en temps passer la porte de la demeure familiale et vous dire que vous lui avez manqué ? Non, je revois encore ses allées et venues derrière mes yeux de petite fille. Son sourire suffisant lorsqu'il nous voyait, se contentant de nous balancer un 'ça va les jumeaux ?' avant de tourner les talons comme si de rien n'était. Alors oui, pour beaucoup, je pouvais m'estimer heureuse d'avoir au moins un père. Mais pour tout ce que je viens d'évoquer et de citer, je me moquais totalement d'avoir un Alec Ryder dans ma vie. Je ne l'aimais pas, même si nous partagions le même sang. Et je n'avais de cesse de lui en vouloir, aussi bambine qu'adolescente ais-je pu être, pour toutes ces mêmes raisons. Je sais que c'est triste, cynique et lugubre à dire, mais... Si au moins il était mort, si jamais nous ne l'avions connu, au moins n'aurais-je pas du grandir avec cette rage viscérale vous dévorant de l'intérieur, ne vous poussant que sur les sentiers de la frustration, de la colère, voire même de la rébellion !

Toutefois, je me dois faire preuve de sincérité et de justice, dans le sens où, personnellement, je pouvais compter sur la présence d'une figure paternelle : notre grand-père. Un vétéran de l'Alliance. Un homme pour qui les années de service étaient bien loin derrière lui, et pour qui surtout, la famille avait d'avantage pris d'importance que tout le reste à ses yeux. Avec notre mère, c'était la seule figure d'autorité que j'acceptais d'entendre, et que je respectais. Grâce à lui, les cadeaux et les gestes d'attention ne manquaient pas. Avec lui, je pouvais parler, je pouvais exprimer ma rage et ma colère avec Alec, tout comme passer des heures à écouter ses récits militaires. Car, non, même si mon père travaillait dans l'Alliance, le métier de militaire en lui-même n'avait été un problème pour moi. Mais surtout une source d'aspiration et d'inspiration. En même temps, difficile de faire autrement chez les Ryder, il parait que c'est comme ça de père en fils depuis des générations !

Quoiqu'il en soit, après toutes ses années de service, mon grand-père ne manquait jamais d'anecdotes, dont deux qui m'ont fortement marqué : la première est celle de la découverte de ce qu'on appelle une balise prothéenne, sur Mars. Bien sûr, tout le monde connait cette histoire et le bond qu'elle a offert à l'humanité en termes de recherches et de développements autant technologiques que spatial ! Mais la façon dont il me narrait l'histoire de cette découverte n'avait de cesse de me sensibiliser et d'attiser ma curiosité. L'idée même d'une telle technologie avait de quoi faire rêver ! Tout comme le fait de se dire que l'on vivait dans un univers qui avait connu une première ère de grands développements il y a des milliers et des milliers d'années. Aux yeux d'un enfant, cela ressemble à un conte fantastique au sein duquel vous vous imaginez dix milles possibilités d'évolution possible avec une telle recherche et une telle trouvaille. Et je pense que c'est grâce à cette histoire que je dois ce petit intérêt technologique qui a toujours fait partie de moi. Une envie de découvrir, d'apprendre et de savoir. La seconde anecdote, quant à elle, concerne un événement plus tristement célèbre, que l'on connaît aujourd'hui sous le nom de 'Guerre du Premier Contact'. Cette fois-ci, mon grand-père y avait participé, et c'est d'ailleurs à cette guerre qu'il devait cette cicatrice traversant son oeil droit. Même si ce fut un conflit lourd, solide et dont l'issue semblait tellement incertaine à l'époque, mon grand-père n'en n'a jamais gardé de véritable rancune. Que du contraire, chaque fois qu'il en faisait mention ou que nous en discutions, cela tournait rapidement au discours idéologique sur le fait qu'il était important de comprendre les autres races, les autres espèces. Et que l'hostilité envers ce qui nous était inconnu ou étranger ne pouvait que nuire à notre développement en tant qu'humain. Mais également nous nuire à chacun, personnellement, dans les tréfonds de notre âme. Je n'oublierai jamais l'un de ses plus grands enseignements à ce sujet d'ailleurs : 'Nul ne vaut de se montrer bienveillant et ampli de grandeur, si nous ne sommes pas à même de reconnaître nos failles, nos faiblesses, ni d'accepter que nous ne sommes pas les seuls dans cet univers'. Un discours certainement naïf, prompt sans doute aucun pour un jeune enfant ou un adolescent, mais certainement trop caricatural pour un adulte. Qu'importe ! Ce sont des mots qui se sont inscrits et ancrés en moi. Et au nom de sa mémoire, je ne pourrai que les faire vivre à travers chacun de mes actes à venir et futurs.

Oui, j'aimais mon grand-père plus qu'un père. Et aujourd'hui encore je reconnais l'influence qu'il aura pu avoir sur ma façon d'aborder la vie et d'entrer dans cette longue phase de remise en question que l'on nomme 'adolescence'. Cette même adolescence que, bien malheureusement, j'ai du affronter sans lui. Son expérience de la vie, allié à son âge avancé et à la maladie auront finalement eu raison de cet ancien grand militaire. Une perte qui scella mon enfance dans un coin très précis de ma tête et de mon esprit. Un mélange de souvenirs gravé dans mon coeur et à la fois enfoui sous les couches de ma mémoire. Il n'était pas seulement cet homme tellement présent au quotidien. Il n'était pas mon père de sang... Mais il était celui du coeur. Et si la loi de la vie et de l'univers veut que ce soit le rôle des descendants d'enterrer leurs aïeux, une fois le moment venu, vous n'y êtes absolument pas préparé. En guise de réponse, vous agissez de la seule façon qui vous parait logique, et de la seule manière qu'on attend de vous : vous demeurez droit, vous demeurez fier. Au fond de vous brûle cette étincelle des Ryder qui fait que vous tenez bon et que vous décidez de vous accrocher. Car après tout, la vie continue... Et que mon grand-père n'aurait nullement accepté que je devienne une jeune adolescente mélancolique noyée sous le chagrin et la tristesse de sa perte...


Porté un nom connu ou célèbre ne vous apporte rien... Si ce n'est une image préconçue dans l'esprit des gens, et une attente particulière sur votre comportement... Sans même chercher à savoir ce qui peut se cacher sous la surface. Filer droit, suivre les règles... Alors que tout ce qui vous importe, c'est d'envoyer tout valser... Il paraît que c'est ce qu'on appelle grandir...

Loin des écoles traditionnelles, c'est au sein même de l'académie de l'Alliance que Scott et moi avons fait nos jeunes années. Un 'présent' d'Alec. Pour notre bien, pour notre avenir. Comme s'il imaginait que j'aurais accueilli cela comme un cadeau joliment emballé avec ses gros noeuds roses. Je n'en n'avais tout bonnement rien à cirer. Ma seule envie était d'envoyer valser Alec autre part, ailleurs, n'importe où tant que ce n'était pas là où nous étions. D'autant que, c'était sa spécialité après tout, non ? Faire le mort pendant près de douze ans et puis, tout d'un coup, se ramener pour nous dire 'allez les Ryder, les choses sérieuses commencent maintenant. On se la ferme et on rentre dans le rang'. À d'autres oui ! Bien sûr, le nom des Ryder avait sa petite notoriété. Mais pour l'heure, je n'en voulais même pas de ce nom. Je ne voulais rien d'Alec. Et certainement pas accomplir les souhaits et rêves informulés qu'il avait pu avoir un jour vis-à-vis de Scott et moi !

Heureusement qu'il y avait Scott. Grâce à lui, nous parvenions à nous serrer les coudes et aller de l'avant. Lorsque le moral de l'un n'était pas au beau fixe, l'autre s'occupait de lui recharger les batteries. Quand l'autre vivait une joie immense, l'un était là pour la partager avec lui. Quand on se faisait engueuler ? C'était également à deux ! S'il y avait une bêtise à faire, ce n'était pas pour Scott ou pour moi, mais pour le duo et le tandem des jumeaux Ryder. Au moins n'étais-je pas seul, et lui non plus. Et au moins demeurait-il toujours une épaule sur laquelle, lui comme moi, nous pouvions nous reposer. Je sais que ça peut paraître injuste de ne pas beaucoup parler de notre mère à ce niveau-là. Sans doute parce que nous l'aimions, parce que je l'aimais, aussi fort que je pouvais être en colère contre mon père. Si nous étions aussi jeunes qu'insouciants Scott et moi, je pense que tous les deux nous rendions surtout compte que ma mère avait besoin de ce réconfort et de cette affection que nous seuls parvenions à lui apporter. Tant en tant que mère, qu'en tant que femme seule. Car si j'en voulais à Alec, c'était aussi pour toutes ces fois où il ne rentrait pas et ne retrouvait pas maman. Sauf quand il était trop tard... Mais ça, c'est un autre point que j'évoquerai plus tard...

Bref ! Une fois que nous avons intégré l'académie de l'Alliance, je ne sais pas trop si c'était mes sentiments radicaux envers mon vieux ou le deuil de mon grand-père qui me firent agir de la sorte. Mais disons que je me suis rapidement faites remarquer, et pas pour de bonnes raisons. La question ne tournait pas autour de mes résultats scolaires, mais d'avantage sur mon comportement et un sens pour le moins prononcé du manque de discipline. Toute forme d'autorité m'animait de réactions automatiquement conflictuelles. J'étais dans la provocation. Je me plaçais dans l'irrespect et l'irrévérence... Parce que ça me semblait tout simplement naturel. Avec le recul, je sais aujourd'hui que ce comportement n'était qu'une manière d'extérioriser ce que je n'arrivais pas à dire, et ce qui pouvait bouillonner au fond de moi. Mais durant ces années d'adolescence, ça me faisait du bien et je ne voulais pas chercher ou trouver une raison à ce comportement.

Bien évidemment, plus d'une fois je me suis retrouvé sous le coup d'un conseil de classe, équivalent à une espèce de conseil disciplinaire. Et là, les comparaisons se mettaient à pleuvoir sans cesse : des comparaisons avec Alec. Et les sempiternels : 'vous êtes une Ryder, vous valez mieux que ça !' Quand est-ce que les gens comprendront qu'à certains moments, on n'a pas envie de valoir mieux que ça ?! Que oui, on a juste envie d'être celle qui provoque une bagarre en pleine cour de récréation pour un oui ou pour un non. Que oui, on a envie d'être celle qui envoie littéralement chier le professeur avant de se permettre de sortir de la classe. Que oui, on aime se faire remarquer en faisant des conneries. Et que oui, on s'en contrefout d'être à un moment donné la risée de la classe, de la promo ou que sais-je encore ?! Rien ne pouvait me calmer, rien ne pouvait m'apaiser. J'étais juste une boule de nerf constante, trouvant la vie aussi injuste que stupide et débile. Préférant cent fois se caler dans le fond de la classe et s'entourer des 'cancres' de l'académie que de faire honneur à la famille des Ryder ! J'étais la jeune révoltée qui voulait tout simplement vivre sa vie pour elle, et non pas pour quelqu'un d'autre ! Et, ce, même s'il m'aura fallu quelqu'un d'autre pour commencer à penser à ma propre vie...

Drew O'Connor. La 'bande d'amis' avec laquelle je traînais, et moi-même, n'étions jamais les derniers pour bousculer ou emmerder un autre membre de l'académie. Pourtant, le jour où c'est tombé sur Drew, j'ai eu pour la première fois un solide remord de conscience. Tout est parti du fait qu'il venait d'intégrer l'académie et, chose que j'ignorais, qu'il était biotique. Cela peut sembler étonnant mais, quand je me mettais sur le dos de quelqu'un pour l'emmerder et lui en faire voir de toutes les couleurs, je ne le faisais jamais en raison de sa nature, de ses origines ou de ce qu'il était. Disons que je fonctionnais au gré de mes humeurs. Mais cette fois-là, pour la première fois en presque trois ans, je me suis retournée contre mes 'amis' dés lors que j'ai compris leur volonté de s'en prendre à lui car il était biotique. Était-ce en raison d'un remord de conscience après ces premières années chaotiques ? Ou bien était-ce par un rappel du plus grand enseignement de mon grand-père ? Je n'en sais rien. Mais il était hors de question qu'un biotique soit maltraité pour ce qu'il était. Résultat des comptes ? Je me suis retrouvée avec ce Drew à l'infirmerie, et un beau coquard en guise de décoration en plein milieu de mon oeil gauche. Sans oublier le bas de la lèvre enflée et la coupure qui allait avec ! Je me suis excusée pour ces abrutis, il m'a remercié... Et on a commencé à discuter comme ça, comme si de rien n'était !

Au contact de Drew, je suis parvenue à trouver une sorte de calme. Peut-être pas réellement de sérénité mais, néanmoins, je ne sais pas... Son naturel, son caractère, sa bienveillance envers moi... Il est évident que je n'étais jamais seule car j'avais Scott. Mais Drew n'était pas un frère. Il était différent. Il était un ami... Il fut mon tout premier véritable ami. Et, surtout, la première personne à savoir autant m'écouter qu'à me recadrer. Plus encore, la première personne qui pouvait me mettre face à mes tords et à mes conneries et me brusquer sans que je n'ai l'envie de l'envoyer se faire voir. Il savait faire en sorte que je l'écoute et, même s'il pouvait y avoir de la chamaillerie, nous finissions toujours par nous entendre et être d'accord d'une certaine façon. Drew a été cet ami et cette personne dont j'avais besoin. Mais aussi, et surtout, cet adolescent qui aura su secouer mon caractère pour que j'arrête de rejeter mon nom et ce que j'étais. Et faire réellement et une bonne fois pour toute, le deuil de ce grand-père, de ce père de coeur qui me manquait tellement. Car oui, Drew était à l'image d'un journal intime : un être de confiance à qui je pouvais tout dire et tout avouer. Celui avec qui je n'avais jamais honte de me sentir mal, d'être triste, ou en de rares moments, de totalement craquer comme une fillette de cinq ans. Et c'est tout ce dont j'avais besoin en réalité. Je n'avais pas vraiment besoin de foutre en l'air l'image du nom de ma famille. Je n'avais pas totalement envie de foutre toutes mes chances d'avenir en l'air. J'étais juste à la recherche d'une autre épaule que celle de Scott, pour afficher les visages que je cachais au plus profond de mon être et de mon âme...


Dans toute vie arrive cet instant où vous devez accepter d'évoluer et d'avancer... Loin de la grandeur des uns... Loin des aspirations des autres... Votre chemin semble finalement se tracer sous vos pieds alors que le destin de jouer avec ce qui vous est proche et ce que vous avez de plus précieux. Le rythme et l'histoire de la vie... Qui s'écoule telle une rivière calme et paisible... Avant de se transformer en un violent torrent de douleurs parcourant chacune de vos veines...

Une fois ma crise d'adolescence passée, je suis d'avantage rentrée dans les rangs et accepter ces différentes notions d'autorité, d'écoute et de devoir que l'on ne cessait de nous inculquer depuis mes jeunes années à l'académie. Je ne dirais pas que la dernière de la classe est devenue la major de sa promotion mais, dans un sens, je dois reconnaître qu'il était plus qu'agréable et appréciable de ne plus être convoqué tous les trois jours dans les bureaux des dirigeants de l'académie. Que de recevoir des félicitations et des encouragements quant à vos efforts et vos progrès s'avéraient tellement plus galvanisant que les reproches et les remontrances à tout va. Cela vous inspire d'avantage à vous investir et à trouver ce qu'il y a de meilleur en vous afin de l'exploiter au mieux. D'autant que ce fut également l'occasion rêvée pour moi de me rendre compte que, loin de ce que je m'évertuais à penser auparavant, on me jugeait finalement en tant que Sara, et non en tant que Ryder. L'ironie du sort était que je croyais fuir le nom des Ryder en jouant en dehors des règles, mais que ce n'est qu'en les appliquant que je forgeais mon identité unique. Et non l'identité héritée d'Alec... Même si certaines inévitables comparaisons finissaient toujours par revenir à un moment donné. Mais, en fin de compte, je préférais laisser ça me passer au-dessus de la tête au lieu de continuer à m'y confronter.

C'est donc sous une note plus positive que je suis arrivée à la fin de mes années de formation au sein de l'académie. Je ne reviendrai pas sur la nature même de cette formation, des cours ou que sais-je encore. Si l'académie m'a apporté une chose précieuse et unique, ce fut cette rencontre avec Drew. Et je sais que je dois beaucoup à cette rencontre, autant qu'à cet ami. Et rien que pour lui, rien que pour l'avoir rencontré, je quitte l'académie de l'Alliance sans regret, et sans volonté de revenir en arrière pour y changer quoique ce soit. Je me foutais totalement de savoir si mon parcours avait été parfait. Ce qui comptait ? C'était le résultat final, et ce que j'avais pu y trouver ! Et c'est armé de cet enrichissement que je pouvais dés lors prendre mon envol et embrassé la voie de ce qu'on appelle : la vie active !

Jeune recrue, je fus intégrée au service de maintien de la paix de la Citadelle, dans un premier temps. Pour une fois, je devais remercier mon nom de famille. Car rares étaient les si jeunes recrues à déjà se rendre sur le terrain pour faire leurs premières armes. Bien évidemment, le terrain se divisait avec toute une série d'entraînement, d'exercice et j'en passe. Et il n'était clairement pas question de m'envoyer sur un terrain, en pleine zone de guerre alors que je n'avoisinais que les dix-neuf ans. J'étais la petite nouvelle, pour certains la petite privilégiée, mais j'étais surtout un petit bout de femme au caractère bien trempé et qui en voulait. Bien que, je pris toutefois attention à ce qui m'avait fait défaut durant la moitié de mon temps à l'académie : à savoir l'insubordination ! Autant dire que, pour le coup, et passez moi l'expression, je faisais mon boulot, j'exécutais les ordres et je fermais ma gueule ! Le fait est que je n'avais clairement pas pour ambition de rester cantonnée à des petites missions de maintien comme ça au coeur de la Citadelle. J'avais envie d'autre chose : de plus de responsabilités, de plus de poids et d'exercer ailleurs que sur mon lieu natal. Une envie de bouger, de partir, de voyager... Un peu comme Alec au final, étant donné qu'on m'a rabâché plus d'une fois que les Ryder ne savaient jamais tenir en place !

Les jours, les semaines et les mois passent. Vous vous aguerrissez peu à peu sur le terrain. Et puis, soudainement, vous vous retrouvez confronter à l'inimaginable : l'attaque de la Citadelle ! D'après ce qu'il en est ressorti, ce fut une tentative d'attaque d'une armée Geth. Je n'en sais rien de plus. Ce que je sais par contre, c'est l'enfer que ça été ce jour-là. Des ordres d'évacuations résonnant dans tous les secteurs. Recrues, agents confirmés, qu'importe : tout le monde se devait d'être sur le terrain pour assurer au mieux la sécurité et l'évacuation des citoyens. Fort heureusement pour l'unité dont je faisais partie, tout se fit sans mal... Ou presque ! C'est au moment d'évacuer une dernière famille que nous nous sommes retrouvés sous le feu de soldats Geths... M'arrachant un énorme cri de douleur lorsque l'un d'entre eux me flingua royalement la jambe. Toutefois, cela n'a pas nuit à notre mission d'évacuation. Le groupe dont nous avions la charge s'en est sorti sain et sauf et, mise à part moi et ma jambe, le nombre de blessés légers étaient minimes. Le plus heureux encore ? C'est que l'attaque ne dura pas 'longtemps' et que nous pûmes rapidement regagner les secteurs 'indemnes' de la Citadelle, suite à cette attaque.

Il me fallut quelques semaines pour que cette blessure ne devienne qu'un mauvais souvenir et que je regagne le service actif. Un tir bien senti, mais qui n'avait pas touché de zones 'majeures' au niveau de ma jambe, fort heureusement pour moi. J'aurais toutefois pensé que l'on m'aurait confiné encore et toujours au service de maintien de la paix, mais, j'eus finalement cette chance de pouvoir être greffée à un groupe de sécurité pour une expédition scientifique. Et ce fut pour moi autant une chance, qu'une opportunité mais aussi la réalisation d'un vieux rêve que j'avais oublié. Et pour cause, c'est au sein de l'équipe d'un certain Mateus Silva que mon affectation eut lieu. Un chercheur spécialisé dans les artefacts prothéens ! Comment ne pas alors repenser et me souvenir de tous ces récits de mon grand-père à propos de la blaise prothéenne de Mars ?! Je retrouvai l'entrain de retrouver le terrain, tout comme celui de replonger dans cette forme de curiosité technologique que j'avais durant mon enfance. Une opportunité d'emploi que je n'aurais jamais envisagé, ni même pensé un seul jour en fin de compte !

Mais la joie ne fut malheureusement que de courte durée. En effet, le départ de mon expédition s'accompagna d'une nouvelle à vous glacer le sang, et à vous faire regarder le vide interstellaire avec interrogation, douleur, tristesse et incompréhension : la maladie de ma mère ! Elle, cette grande femme que j'aimais tant, cette grande femme que j'avais toujours aimé autant que secrètement admiré, elle qui avait consacré sa vie à la recherche pour le bien des autres... Voilà qu'elle s'avérait être atteinte d'une maladie incurable, victime d'un mal orphelin contre lequel aucun d'entre nous, dans notre famille ou dans notre galaxie, ne pouvait agir. Il ne restait plus que du temps à partager, autant qu'il en était possible, à l'heure même où deux enfants quittaient réellement le nid. Bien sûr, le résultat n'aurait pas été différent si cela était arrivé des années plutôt. Néanmoins, il n'y a rien de plus cruel que de quitter son foyer à l'instant même où l'on apprend que sa propre mère est mourante...


Ce n'est que lorsque vous n'avez que le souhait de demeurer chez vous que la vie vous porte sur son océan de voyage aux quatre coins de l'univers... À faire naître les plus grandes inquiétudes, autant qu'à vous plonger dans une logique de déni... Entre l'acceptation, l'absence et le refus... Le tumulte est constant... Mais parvient parfois à se calmer auprès d'une rencontre plus qu'inattendue...

Cette sensation de joie, de plaisir et d'épanouissement ne cessait de se mêler étrangement à la sensation de remord et de culpabilité. Je commençais à mener ma vie sans être auprès de celle à qui je devais précisément cette vie. Bien évidemment, dés que je le pouvais, je passais un holo à ma mère, ou bien je prenais de ses nouvelles via le biais de Scott. Je ne cessais d'avoir chaque pensée pour elle à cette époque conflictuelle, où les travaux de Silva n'avait de cesse d'attirer ma curiosité et mon intérêt. Je m'infligeais des sentiments de rage envers moi-même car, contre ma propre volonté, je n'arrivais pas à penser H vingt-quatre à ma mère, et que j'étais incapable de me démettre de ces différentes missions en compagnie de l'équipe scientifique afin de demeurer exclusivement auprès d'elle. Une partie de moi le désirait, l'autre non. Ma seule consolation était de savoir Alec à ses côtés... Dans une certaine mesure. Il semblait avoir quitté l'alliance pour se consacrer uniquement à ma mère, et à l'élaboration d'une espèce d'intelligence artificielle. Le genre de trucs totalement interdit mais dont Alec se foutait totalement visiblement. Sûrement inénarrable insubordination des Ryder, ou quelque chose du genre... Après, c'est vrai qu'en soi, je ne pouvais pas totalement lui en vouloir... Si ce n'est peut-être que pour notre mère mourante, là, il se montrait présent. Peut-être que si Scott ou moi avions été de ce propre mal, alors sans doute que nous aurions eu l'honneur de la présence d'Alec à nos côtés toutes ces années... ? Allez savoir ! Le passé ne sera pas réécrit de toute façon.

Malgré tout, pour le plaisir et le confort de ma mère, j'acceptai pour la première fois de m'adresser à Alec sous l'appellation de 'papa'. Il est vrai que le terrain m'avait apporté beaucoup de recul quant à ma rancune envers lui et, surtout, que la maladie de maman remettait pas mal de choses en question : comme le fait de profiter de chaque instant présent ! Ainsi, après chaque retour de missions, le premier réflexe était d'aller chez eux. D'aller les voir. De prendre des nouvelles de ma mère, et de profiter des trop rares retrouvailles des restes du clan Ryder. Je n'accorderais pas mon amnistie à mon père pour si peu, mais je dois tout de même admettre que ces petites retrouvailles familiales avaient quelque chose de différent... Et d'agréable malgré tout. On arrivait à discuter, à se parler et parfois même à rire et plaisanter ensemble. Si cette rancoeur demeurait toujours profondément enfouie en moi, je pense que la plus grande partie de ma conscience et de mon coeur ne désirait que profiter de cela tant que ça existait. Comme si ce n'était qu'un rêve fugace et lointain, duquel chaque départ en mission me ramenait à l'amère réalité des faits.

Je me souviens qu'à chaque passage par chez mes parents, ma mère ne cessait de me prendre à part au moment des au revoir. Le temps de me prendre dans ses bras, et de me demander inlassablement de faire la paix avec mon père, de faire la paix avec moi-même. Le problème des Ryder ? C'est qu'on est tellement buté que ce sont des demandes qui nous semble alors impossible après autant d'années. Je hochai de la tête, je lui rétorquais que je le ferai quand je serais prête... Et puis je prenais tout doucement l'habitude de finir ma soirée en regagnant un bar, un club, ou n'importe quel endroit qui me ferait oublier la situation actuelle de ma famille, ou même les responsabilités de mon travail actuel. Juste essayer de lâcher prise et de prendre un peu de bon temps. Vivre une soirée comme si c'était la dernière de votre vie. Que ce soit en vous enivrant. Ou bien en partageant la couche d'une jolie créature. Ou bien encore en vous réveillant dans une cellule de dégrisement... Ou que sais-je encore ? C'était comme si une partie de vous-mêmes se sentait mourir, et que vous recherchiez à tout prix comment la stimuler, et la brusquer afin de la faire totalement disparaître. Je tenais absolument à me convaincre du contraire, mais ce n'était clairement pas une bonne période pour moi... À tel point que, pour vous dire, l'ascenseur émotionnel de ces différentes journées me donnait parfois l'envie de retrouver l'ancienne jeune Sara chieuse, qui se moquait de tout et envoyait tout valser !

Elle s'appelait Jane. Je n'avais pas besoin d'en savoir plus. La première fois que j'ai croisé son regard, j'ai senti comme le temps s'arrêter tout autour de moi. Une allure ténébreuse. Un regard mature. Une silhouette digne des plus belles Asari. Et une aura inexplicable qui l'entourait et m'attira dés la première seconde. Une aura de maturité trahissant clairement un écart d'âge non négligeable entre elle et moi. Mais je m'en moquais éperdument. Après tout, ça serait comme à chaque fois : le temps d'une soirée, le temps d'une nuit. Et sans savoir de quoi demain pouvait être fait, je voulais vivre et profiter d'un quelconque instant en sa compagnie sans la moindre retenue. Ainsi l'ais-je approché. Ainsi nous sommes nous charmées. Ainsi avons-nous partagé cette première nuit... Cette première nuit tellement inoubliable et si intense... Car elle m'apporta cette sensation que je sentais disparaître et que je ne trouvais plus : cette sensation d'être totalement et pleinement en vie dans chaque recoin de mon corps et de mon être. Du plus profond de mon coeur jusqu'à la moindre extrémité de mes veines. Ce n'était pas quelque chose qui se rattachait à de l'amour, à un coup de foudre ou que sais-je, non. C'était bien plus intense et totalement à part que, pour la première fois de ma vie, j'ai clairement regretté de me séparer d'une amante une fois le matin venu...

Il y eut cette nuit... Puis une autre... Et encore une autre... Jusqu'au moment où je profitais de chaque retour sur la Citadelle pour espérer croiser sa route ainsi que le chemin de ses draps. Bien sûr, ce n'était que du sexe pour le sexe au début. Retrouver cette sensation de liberté et profiter de ces quelques heures qui nous étaient allouées... Pour, peu à peu, commencer à discuter, à se confier et apprendre à se connaître... Tout en conservant une certaine pudeur. C'était étrange, peut-être même risible, de sentir que nous partagions secrètement ce besoin de ne pas trop nous attacher... Ou même de se l'avouer à nous-mêmes. C'était comme une limite, une ligne invisible à ne pas franchir, sur laquelle nous nous étions implicitement entendue et nous permettait alors de profiter de tous ces moments sans devoir compliquer les choses. Être naturelles, toutes les deux, durant ces quelques heures, avant de nous quitter et de nous retrouver au bon gré du vent, de nos missions, et du destin.

Une rencontre unique en soi, mais grâce à laquelle je retrouvais cet équilibre, tout comme Drew m'avait aidé à trouver un autre équilibre bien des années plus tôt. Jane m'apportait cette sensation d'évasion, de bien-être et de sécurité qui me manquait en ces temps troubles. Elle me faisait vivre, à sa façon, tout comme j'essayais de lui rendre la pareille à chacune de nos réunions. Je ne voulais pas me l'avouer, tout comme je ne voulais pas que ça soit déclaré ou reconnu. Sinon, cela aurait pris un sens réel, véritable qui aurait tout compliqué. Mais le fait est que j'étais tombée amoureuse de cette femme de guerre, et qu'en mon coeur ne régnait que du calme et de la sérénité dés que je l'a retrouvais...


Il arrive toujours ce moment où l'on se demande ce qui pourrait être pire... En pensant que cela ne peut pas arriver, ni se produire. Et puis, d'un coup d'un seul, tout se déclenche, tout s'enchaîne et tout s'effondre. Tout devient trop. Tout devient flou. Et c'est là que se pose alors cette unique et grande question : que faire... ?

Malgré la complexité de cette période de vie, je pouvais encore et toujours compter sur la présence de Scott, de Drew, ainsi que de Jane. Tels des piliers, ils parvenaient tous les trois à me rassurer et à me réconforter d'une façon unique. Je demeurais forte pour et grâce à eux. Cela fonctionnait comme un échange de bon procédé car, de tout mon coeur, je veillais à leur rendre la pareille... Surtout vis-à-vis de Scott. En tant que frère et soeur, en tant que jumeaux, le soutien mutuel était la force primordial pour que nous ne cédions pas à la peine, au chagrin et à ce dangereux besoin de pouvoir se morfondre inlassablement sur notre propre sort. Cela fonctionnait. Certes dans un équilibre extrêmement fragile. Mais cela fonctionnait malgré tout, envers et contre tout ! Et puis, tel le souffle inattendu d'une violente bourrasque d'un orage déjà présent, tout s'est déchaîné, tout a explosé... Tout a dégénéré...

J'étais sur le terrain, sur une petite planète aux abords des systèmes Terminus lorsqu'ils sont arrivés. Aucun d'entre nous ne les connaissait. Personne n'en n'avait jamais vu jusqu'alors. Qui étaient-ils ? Quel était leur but ? Et pourquoi surgirent-ils des méandres de l'espace infini pour fondre sur nous et nous attaquer ? Impossible à savoir ! Tout ce que je sus alors, c'est cette mort face à laquelle je fus confrontée alors. Pas la mienne, mais celle de plusieurs de mes collègues et amis. Des tirs sans sommations. Une violence inouïe. Que ce soit parmi les équipes de sécurité, les soldats ou les scientifiques, femmes comme hommes... Rien. Aucune distinction aucune. Ils ne semblaient vouloir que notre mort et, pour les plus chanceux, les enlevés et en faire des prisonniers. Avec Silva, deux autres scientifiques et trois autres collègues de l'Alliance, nous avons lancé un appel de détresse, sans même savoir si nous trouverions un écho quelconque auprès de nos semblables. Je fus presque touchée à la tête par l'un des tirs de ces 'étrangers' : un effleurement qui fit naître un filet de sang sur mon visage, marqué par la nervosité, la fatigue et la crainte. Nous leur avons échappé et trouvé refuge dans une espèce d'abris sous-terrain. Rien de bien grandiose, ni même de bien confortable. Mais qu'importe ! Nous étions tant en infériorité numérique qu'en incapacité apparente de pouvoir affronté cette force de frappe brutale et conséquente. De plus, toute tentative d'héroïsme quelconque se voyait freinée par la raison même de notre mission première : protéger les scientifiques. Et je n'aurais pas eu le coeur à sacrifier la vie de Silva pour espérer apparaître dans la liste des soldats d'honneur !

Je ne saurais même plus dire combien de temps nous sommes restés cachés là-dessous. Des heures ? Des jours ? Des semaines ? Nous demeurions sans notion du temps aucune, et dans le calme le plus total. Aucun de nous n'osait réellement parler et s'exprimer. Aucun ne semblait prêt à bouger et à donner signe de vie à l'extérieur. Incapable de savoir si ces étranges envahisseurs se voulaient toujours présents. Cela nous était même totalement impossible de savoir si, oui ou non, notre signal de détresse tournait toujours et avait fini par atteindre sa cible. Durant ces heures où vous êtes gagnée par l'inconnue, par la soif, la faim et la fatigue, vos espoirs s'étiolent peu à peu. Et je ne peux tourner mes pensées que vers mes proches. Ma mère, tout d'abord, me disant qu'elle ne mérite pas d'enterrer l'un de ses enfants avant de partir... Que ce n'est pas son rôle. Que je ne peux pas lui infliger. Je pense également en Scott, ne pouvant me résoudre à l'idée de l'abandonner et de le laisser seul. Que ferait mon frère sans moi après tout ? Et puis Drew... Mon Drew... Mon ami, mon confident... Ce frère de coeur que la vie m'avait donné... Lui qui avait tellement su m'écouter et me comprendre. L'abandonner aussi 'bêtement', pour qu'il m'en veuille d'avoir voulu jouer la grande sans faire gaffe à mes fesses ?! Sans oublier ce que j'empêchais à mon coeur de dire, mais que ce dernier savait déjà : Jane... Je me sentais bête et idiote si je devais partir comme ça, sans la revoir une dernière fois et qu'elle était, qu'elle représentait beaucoup plus que cette simple 'amante de passage'. Et, aussi étonnant cela fut-il, mon ultime pensée fut envers Alec. Envers ce père qui n'avait jamais été là. Envers ce père que je n'avais jamais réellement connu. Et, surtout, envers ce père que je n'avais su que détester durant toutes ces années, sans même accepter l'idée même de lui laisser une chance. Je comprenais alors le poids et le sens de cette volonté qu'avait ma mère de faire la paix avec lui. J'aurais du l'écouter. Et pour une raison ou une autre, j'aurais du tous les écouter. Car oui, tout a pris le dessus. Tout sauf le courage au final. Le temps passe de plus en plus, et l'inévitable ne peut que se produire...

Un bruit. Du mouvement. Affaiblis par ces jours et par la faim, mes collèges et moi-même poitons nos armes fébrilement... Avant que ce visage reconnaissable entre milles ne nous apparaisse. Cette chevelure de feu. Cette allure assurée. Ce calme maîtrisé et cette solide poigne propre à un expert du terrain : Jane. Ma Jane apparu. Sans même réfléchir, j'ai lâchée mon arme. Je me suis précipitée vers elle, dans ses bras, l'embrassant devant son unité et devant mes compagnons d'infortune... Avant que l'épuisement ne me gagne totalement et que je m'évanouisse dans ses bras. J'étais à bout et exténuée. Lors de mon réveil, j'appris que nous étions restés cachés pendant près d'une semaine avant que Jane et son équipe n'intervienne. Affamés et déshydratés, on nous avait tous mis sous perfusion afin de combler au mieux nos carences essentielles. C'est durant cette phase de soins et de récupération que je pus en apprendre plus sur nos agresseurs. Jane m'expliqua qu'ils se faisaient appeler les Récolteurs. Qu'ils ne cessaient de se manifester aux abords des systèmes Terminus et que le Conseil de la Citadelle ne voulait pas intervenir : tant par risque d'une guerre non désirée avec Terminus, tant que pour une histoire insensée et de mythe à laquelle il ne croyait pas. Mais l'information la plus importante qu'elle m'offrit ne fut pas la plus agréable. Car la question était de savoir comment notre signal avait pu les atteindre...

Je me souviens que je venais de me lever de mon lit, à l'infirmerie. Notre signal avait été capté alors que l'équipage, dont Jane faisait partie, enquêtais sur la récente disparition d'un vaisseau de l'Alliance dans le secteur : le SSB Roma ! Dés lors, je m'écroulai totalement au sol. Les fesses sur le froid glacial du métal. Un bras sur mes genoux, mon autre main se posant sur mes yeux. Les larmes ont commencé à couler. Pour la première fois de ma vie, je les sentis se déverser dans un torrent sans aucun précédent. Pas le Roma, non. Pas le Roma ! Je me souviens avoir répété ça à Jane plusieurs fois, en ne cessant d'élever la voix avant d'exiger qu'on me foute la paix ! Le Roma, ce n'était autre que Drew... Et sans Roma... Plus de Drew... Mon coeur se tordait et se serrait tel un essorage cruel. Chaque mouvement de respiration était similaire à un véritable coup de poignard, enfoncé sadiquement et brutalement en plein centre de mon coeur. J'entendais sa voix, son rire. Mes yeux ne se fermaient que pour revoir son visage et ce sourire si communicatif et réconfortant. Chaque larme perdue était un souvenir de plus de tous nos instants passés ensemble. Je suis restée là, assise, dans cette position, à pleurer jusqu'à m'endormir d'épuisement et de chagrin pendant tout notre retour à la Citadelle. M'enlever Drew, c'était comme m'enlever Scott... Un des piliers sans lequel je ne pouvais aucunement envisager ma vie... !

Ce n'est qu'une fois de retour sur la Citadelle que je retrouvai un tant soit peu de calme en apprenant qu'il avait survécu. Mon seul et unique réflexe fut de me rendre directement là où il était hospitalisé afin de demeurer à ses côtés. Lorsque je découvris ce qu'il avait perdu, tant physiquement qu'émotionnellement parlant, je ne me sentis plus aucunement la force de partir quelque part. J'ai demandé ma démobilisation sur le terrain et pris l'équivalent d'un congé sans solde. Pourquoi ? Pour la bonne et simple raison que je ne voulais qu'une chose : être aux côtés de Drew et de ma mère autant que possible. L'un devait guérir pendant que l'autre vivait ces derniers instants. Et je ne voulais plus prendre la peine de disparaître dans un quelconque coin obscur de la galaxie sans avoir une chance d'être auprès d'eux une dernière fois. Disons le clairement : l'Alliance et tout ce qui pouvait toucher à mon boulot, je m'en contrefichais royalement à l'époque. Il y avait tellement plus important !

Drew se remettait peu à peu sur pieds alors que ma mère s'enfonçait dans les abysses d'une mort imminente. Je pouvais compter sur la sollicitude et la présence de Jane, même si ce n'était pas toujours physiquement. Les holos et mails que nous échangions me prodiguaient beaucoup de bien et d'affection. Cela ne me confortait que dans la place de plus en plus importante qu'elle se forgeait dans ma vie. Et, dans un univers idéal, j'espérais que rien ne puisse nuire à cela, ni même le changer d'une quelconque façon. Mais comme le dit si bien un vieil adage : quand on veut, on n'a pas. Et le happy end ne semblait pas à l'ordre du jour pour la femme Shepard et la femme Ryder...

La première fois qu'Alec me prit sincèrement et chaleureusement dans ses bras, ce fut lors de l'annonce de la mort de ma mère. Je revois encore ses paroles sortirent de sa bouche et me glacer littéralement le sang. À cet instant précis, je me moquais d'avoir pu le détester des années entières. Je voulais juste profiter de son réconfort et ne pas briser cet instant tellement chargé en émotion, aussi unique, que long et fugace puisse-t-il avoir été. Avec Scott, nous l'avons discrètement et silencieusement pleurée. Nous connaissions l'issue. Nous connaissions par avance les conséquences de cette maladie et quel en serait le résultat final. Pourtant, au plus profond de vous, chaque jour qui passe, l'espoir demeure. Vous redoutez autant le moment fatidique de l'annonce que vous croyez que l'issue peut toutefois demeurer positive malgré tout, et même contre toute attente. Mais la mascarade doit bel et bien se terminer. Le voile se lève sur la vérité. Et ne reste alors que les deux orphelins et ce père trop distant !

Je pense que ce fut le véritable déclencheur de ma volonté à rejoindre l'Initiative Andromède, ainsi que l'équipe de mon père. De partir vers l'inconnu, de partir dans l'immensité infinie de l'espace afin autant de faire mon deuil, que de m'accorder une nouvelle chance, un nouveau besoin de prendre un second départ. Ce besoin d'aventure inné aux Ryder avait énormément sa place dans l'équation, c'était un fait. Mais, en l'occurrence, je ne voulais plus de la Voie Lactée. Je ne voulais plus de tragédies, ni d'épreuves de la sorte. Je ne voulais plus me retrouver au coeur d'un bordel innommable quant au destin de la galaxie et de milliards de personnes. Et je ne voulais plus vivre entouré de souvenirs aussi lourds de sens. J'eus la chance de pouvoir convaincre Drew de nous suivre dans cette folle aventure... Et j'aurais aimé en faire de même pour Jane, bien que je savais que sa place était ici. Mon combat à mener ne se trouvait plus ici. Le sien, oui. Voilà pourquoi je n'ai pas cherché à la convaincre, ni même à la faire céder d'une quelconque façon. Je voulais simplement qu'elle sache que je ne l'oublierais jamais. C'est pourquoi je lui ai fait parvenir l'un de mes biens les plus précieux avant de partir. Pas de dernières retrouvailles, pas d'ultime baiser sur le quai d'embarquement. Pas de larmes ou de drames. Nous n'étions pas faites pour cela, et je ne voulais pas que notre histoire si particulière se termine de la sorte. En réalité, elle eut la plus belle conclusion qui soit. Ce présent reçu avant mon embarquement sur l'arche Hypérion. Ce pendentif renfermant son visage. C'est à la fois le coeur lourd et apaisé que je pouvais alors m'endormir pour plus de six cent ans : cap Andromède !


Pendant des années, vous demeurez ancrée dans vos convictions et vos certitudes... Avant de prendre conscience trop tard de tout l'aveuglement dont vous avez fait preuve. Cette vérité dont vous vous étiez convaincue n'était finalement qu'un leurre. Et c'est sous l'étonnante surprise, que vous changez finalement d'idée, de pensée... Au point d'en accepter ce que vous ne pensiez jamais accepté un jour...

Le projet de l'Initiative était un rêve sur le papier. Il avait néanmoins plus tôt des allures de cauchemars lorsque nous sommes arrivés et éveillés au sein même du secteur Héléus. Mon frère fut plongé dans un coma artificiel suite à un incident sur son module de stase. Ce qui devait être l'un des mondes en or s'avéra en réalité une terre au climat aussi hostile qu'inhabitable... Et la première race dont nous firent la rencontre se montra plus que dangereuse et redoutable... Sans parler de cet ultime sacrifice que fit Alec pour me sauver la vie. Oui, en moins d'une journée, je venais d'être séparée de mon frère, de perdre mon père et de me retrouver propulsée au rang de Pionnière humaine. Autrement dit, j'étais incombé d'une charge et d'une responsabilité qui me dépassèrent toutes deux totalement. Je ne vivais plus pour moi, pour construire mon propre chemin de vie. Dés lors, ces centaines de milliers d'existence résidaient sur mes épaules. Ils devenaient mon combat et ma responsabilité... Et, pourquoi ? Parce que mon père ne pouvait aucunement accepter l'idée de me laisser mourir...

Je ne l'ai jamais compris. Je lui en ai toujours voulu. Et pourtant, en me transférant sa connexion avec SAM, en faisant de moi la Pionnière, il donna tant ce sens si particulier et unique à ma vie, qu'il leva ce voile sur tous les souvenirs qui étaient les siens. Oui, il me légua le combat contre les Kerts. Oui, il me transmit sa responsabilité initiale de rendre nos mondes en or viables... Et de mener à bien notre rencontre avec les Angara. Toutes ces choses qu'il aurait du faire lui-même, elles étaient entre mes mains. Mais, surtout, il m'offrit la découverte de l'homme qu'il était réellement. À travers mes voyages au coeur d'Héléus, je découvris de plus en plus le moindre de ses souvenirs. Je découvris réellement l'homme derrière le soldat et le pionnier.

C'était aussi touchant que bouleversant. Chacun de ses combats. Chacune de ses absences pour son métier. À chaque moment, il n'avait de cesse de faire mention de sa famille et de la fierté ainsi que de l'inquiétude qu'il avait pour ses enfants. Sans exprimer ses sentiments ouvertement, il ne vivait que grâce à notre présence et de par cet amour, que je n'avais jamais compris, mais pourtant si fort et si complice avec maman. Je découvris la raison d'être de SAM. Je pris conscience des responsabilités qu'il accepta de prendre pour s'assurer un espoir aussi fou qu'invraisemblable en rejoignant l'Initiative : celui de préserver une mère qui n'était pas morte en vérité, mais tout simplement en cryostase, en l'attente que SAM, ou qu'un quelconque chercheur puisse trouver un remède à cette maladie soit-disant incurable. Tout ce qu'il avait toujours entrepris était intéressé. Intéressé pour sa famille, pour les siens, pour son clan. Un homme de devoir et de responsabilités... Mais un homme de coeur avant tout.

Nous avons trouvé la victoire. Nous sommes parvenus à repousser la menace Kert, à en triompher... Et à manipuler la technologie reliquate afin de rendre tous nos mondes en or finalement réellement viable et prospère. Le combat ne cesse pour autant. Un avenir, aussi radieux le veut-on, se doit de se forger et de se construire de jour en jour. Mais c'est l'espoir qui nous guide. L'espoir et le souhait de pouvoir, humains et races conciliennes, tout comme Angara, vivre dans une harmonie aussi nouvelle que grandiose. Un espoir plus grand et plus beau encore en sachant qu'une nouvelle Arche est arrivée avec les survivants de notre regrettée Voie Lactée. L'occasion de retrouver d'anciens visages, de faire de nouvelles connaissances et d'aller de découvertes en découvertes. La vie a trouvé son chemin afin d'évoluer et de grandir pour qu'un jour, peut-être, Andromède puisse connaître un véritable âge d'or !

Je ne sais pas quand cela arrivera... Tout comme je ne sais jamais de quoi demain sera fait... La seule certitude qui demeure est que je suis Sara Ryder. Je suis la fille d'Alec Ryder. Et je serai toujours honorée d'être une part de l'héritage de ce grand homme, de cet idéaliste, de ce grand rêveur et de ce héros que tout le monde connaît et se souvient encore aujourd'hui !

   






avatar
PROCHAIN NIV. :
Thomas Davis
chaotic adventurer ☩ MERCENAIRE
0
0
— FICHE DE PERSONNAGE : http://themasseffect.forumactif.com/t143-history-only-remembers-the-celebrateds-t-o-m
— OMNI SMS : http://themasseffect.forumactif.com/f312-boite-de-reception-de-thomas-davis
— RENEGADE :
50 / 10050 / 100

— PARAGON :
22 / 10022 / 100

— PSEUDOs : Pendräagon.
— XP : 184
— PRÉSENCE : Présent.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Drew (+) Reel.
— CRÉDITS : 79

— RACE : Humain.
— SPÉCIALITÉ : N'ayant pas de spécialité à proprement parler, Thomas sera tout de même orienté franc-tireur à cause de sa maîtrise de la technologie et de sa précision à l'arme.
— LIEU D'HABITATION : Il a un appartement sur le Nexus, mais sinon, possède ses propres quartiers sur le Skyfall.
— ÂGE : Trente sept ans.
— PROFESSION : Si vous souhaitez avoir un titre précis du métier de Thomas, je vous répondrais qu'il est mécano. Officieusement, c'est plus compliqué que ça. Membre important du bateau pirate nommé Skyfall, Tom est en effet mécanicien mais aussi et surtout chasseur de trésors. Quand je parle de trésors, je veux dire par là qu'il passe son temps à récolter plein d'objets qui traînent dans Andromède afin de les revendre sur le marché noir de Kadara.
— FACTION : Par défaut, Tom sera classé chez les mercenaires.
— ARMES : Il possède un M-3 Predateur et quelques gadgets.
— O.SEXUELLE : Hétérosexuel.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.
Posté Lun 12 Mar - 18:24
SIIIIIIISSSSS' !

Voilà, je ne pouvais t'accueillir qu'avec Scott là !

Ce début de fiche, magash, toi et Jane avez mis le paquet ! Je suis plus qu'heureux de voir ça

Vivement la fin de ta fiche, soeurette ! On a des tas de choses à voir ensembles wtf

Bon courage ! Et si tu as des questions, n'hésite surtout pas !


avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : DC-Verse
— XP : 192
— PRÉSENCE : 5j./7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— CRÉDITS : 7

— RACE : Humaine
— SPÉCIALITÉ : Franc-Tireur
— LIEU D'HABITATION : Au sein du Nexus
— ÂGE : 23 ans
— PROFESSION : Pionnière de l'arche humaine, membre du Conseil du Nexus
— FACTION : Initiative
— ARMES : 1 fusil de précision Isharay; 1 pistolet Sidewinder; 1 fusil à pompe Dhan
— O.SEXUELLE : Homosexuelle
— AMOUREUSEMENT : Troublée
Posté Lun 12 Mar - 19:49
BROOOOOOO'

Je t'en aurais voulu de ne pas m'accueillir avec Scott en même temps wtf

Je suis ravi que ce début te plaise en tout cas
Et crois-moi, on fera tout pour que la fiche soit à la hauteur de tes attentes et de tes espérances

Et je te harcèle rapidement pour qu'on discute de tout ce qu'on doit voir ensemble, bro'






avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— FICHE DE LIEN : http://themasseffect.forumactif.com/t121-
— FICHE DE PERSONNAGE : http://themasseffect.forumactif.com/t89-
— OMNI SMS : http://themasseffect.forumactif.com/f314-boite-de-reception-de-eli
— GESTION DES RPS : http://themasseffect.forumactif.com/t119-
— RENEGADE :
85 / 10085 / 100

— PARAGON :
5 / 1005 / 100

— PSEUDOs : Linus.
— XP : 207
— PRÉSENCE : Pas assez fréquente.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✗ Indisponible
— DC&TC : Jared Chambers.
— CRÉDITS : 109

— RACE : Intelligence artificielle.
— SPÉCIALITÉ : Hacker.
— ÂGE : 4 ans et ½.
— PROFESSION : Fauteur de troubles.
— FACTION : Cerberus 4ever ♥ ! Bien que l'organisation ait désavoué ELI, après avoir tenté (sans succès) de l'effacer de ses serveurs, il garde un certain attachement pour sa « maman ».
— ARMES : Son intelligence suprême (ou pas) et n'importe quel appareil relié à un réseau mal/peu sécurisé, qu'il vous fera péter à la gueule sans la moindre hésitation. Ka-boom !
— O.SEXUELLE : Il aime les bits. Non pas ces bits là ! Enfin, peut être. Qu'est-ce qu'il en sait ... ? Ses processus n'ont jamais étudié la question.
— AMOUREUSEMENT : ELI vous répondra qu'on ne l'a pas programmé pour ça. Théoriquement, il est fiancé à deux humains, un hanari et six volus ... ou plutôt « Vathymea, jf asari recherche bel alien pour fusion intense ! Besoin d'aide pour quitter le vilain astroport sur lequel je suis coincée :(( » l'est. C'est pas qu'il aime l'argent, mais les arnaques à la butarienne le fascinent.
Posté Lun 12 Mar - 20:49
Re-bienvenue (officiellement cette fois) sur le forum !
Ta fiche promet, on a hâte de te lire !


I'm so done with u
avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : LadyNightmare
— XP : 120
— PRÉSENCE : Autant que je peux o/
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Jaal Ama Darav
— CRÉDITS : 175

— RACE : Bien qu'elle ai une peau halée, Zahra est une humaine. Biotique certes, mais humaine tout de même.
— SPÉCIALITÉ : La spécialité de l'égyptienne est biotique. C'est une adepte plus précisément.
— LIEU D'HABITATION : Bien qu'elle ai une chambre sur le skyfall, elle est souvent chez elle dans une habitation (bien gardé) sur Kadara.
— ÂGE : La demoiselle est âgée de 39 ans, elle se rapproche doucement, mais surement de la quarantaine.
— PROFESSION : Alors elle a été militaire, membre de l'initiative, soldat au nexus, membre de l'équipe de Sloane Kelly, mais maintenant elle est chef d'expéditions sur le skyfall.
— FACTION : De par son statut de chef d'expédition sur le skyfall, un bateau pirate, Zahra est mercenaires.
— ARMES : Ses pouvoirs biotique sont son arme principale. Elle détient aussi deux dagues dans chacune de ses bottes, ainsi qu'une veuve noire.
— O.SEXUELLE : Malheureusement pour beaucoup (ou pas), la lady ici présente est tout ce qu'il y a de plus hétéro malgré sa relation avec une asari dans le passé.
— AMOUREUSEMENT : Elle n'a personne amoureusement parlant. Elle ne vole pas de conquête en conquête, mais elle profite de la vie.
Posté Lun 12 Mar - 23:25
Hello et bienvenue o/

Je sens déjà la lecture arrivée à plein nez mdr, mais j’ai hâte de lire la suite qui semble bien prometteuse **


avatar
PROCHAIN NIV. :
0
0
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : DC-Verse
— XP : 192
— PRÉSENCE : 5j./7
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— CRÉDITS : 7

— RACE : Humaine
— SPÉCIALITÉ : Franc-Tireur
— LIEU D'HABITATION : Au sein du Nexus
— ÂGE : 23 ans
— PROFESSION : Pionnière de l'arche humaine, membre du Conseil du Nexus
— FACTION : Initiative
— ARMES : 1 fusil de précision Isharay; 1 pistolet Sidewinder; 1 fusil à pompe Dhan
— O.SEXUELLE : Homosexuelle
— AMOUREUSEMENT : Troublée
Posté Lun 12 Mar - 23:44
Un énorme merci à tous les deux pour ce nouvel accueil adorable, et ce vote de confiance surtout
On fera en sorte de ne pas se louper comme on dit hein






avatar
PROCHAIN NIV. :
Drew O'Connor
SMOL ANGRY BIOTIC ☩ INITIATIVE
0
0
— FICHE DE PERSONNAGE : http://themasseffect.forumactif.com/t34-drew-t-h-e-c-r-a-s-h#78
— OMNI SMS : http://themasseffect.forumactif.com/f309-boite-de-reception-de-drew-o-connor
— RENEGADE :
30 / 10030 / 100

— PARAGON :
70 / 10070 / 100

— PSEUDOs : Pendräagon.
— XP : 241
— PRÉSENCE : Présent.
— DISPONIBILITÉ RPs : ✓ Disponible
— DC&TC : Clive (+) Reel (+) Scott.
— CRÉDITS : 220

— RACE : Humain.
— SPÉCIALITÉ : Drew est un biotique équipé d'un implant L5x très endommagé, le rendant dangereux mais puissant.
— LIEU D'HABITATION : Il possède un petit appartement dans le cœur du Nexus.
— ÂGE : Drew possède vingt sept ans.
— PROFESSION : Anciennement timonier du SSV-Roma, dorénavant membre du Tempête en tant qu'Adepte.
— FACTION : Andromeda Initiative.
— ARMES : Il possède un M8 Avenger, mais sa meilleure arme reste tout de même ses pouvoirs biotiques.
— O.SEXUELLE : Drew est homosexuel. Néanmoins, il est déjà sorti avec une Asari. Les exceptions à la règle existent.
— AMOUREUSEMENT : Célibataire.
Posté Mar 3 Avr - 16:25
Administration
du forum

Félicitations, tu es validé !Faites péter le champomy ! PARTY !
Bravo, te voilà validé et fin prêt à te lancer à l'aventure dans l'immense, vaste et dangereuse galaxie d'Andromède ! Toutefois, voici un petit récapitulatif des sujets que tu devrais aller visiter pour pouvoir profiter pleinement de ton expérience de jeu sur notre petit forum.

la section administrative ;
Signer le règlementBottin d'avatar
Tout ce qui est Administratif est important. Si tu ne l'as pas fait, il te faudra signer le règlement du forum, bien que la validation n'est pas possible si tu ne l'as pas déjà fait. Tu pourras aussi aller dire quel est le personnage de ton avatar sur le bottin d'avatar uniquement si tu as créé toi-même ton personnage et non pas un de la saga des jeux.

gestion de personnage ;
Faire ses liens de personnagesFaire son journal intimefaire sa gestion de rpscréer son numéro omni-smscréer sa boite e-mail
Gérer son personnage est très important ! C'est un des meilleurs moyens d'étendre sa visibilité et son authenticité. Sur Mass Effect Insurrection, nous n'avons pas fait les choses à moitié : Vous pouvez créer une fiche de lien, un journal intime, une gestion de rp et même envoyer des omni-sms et e-mails ! Les omni-sms sont un concept créé par le Staff pour permettre d'envoyer des sms par la passerelle de son omni-tech. Le old school du téléphone version futuriste ! Tout cela est fortement conseillé mais non obligatoire, bien entendu.

la section role play ;
Demander un rpMéridiane, le nouveau nexusAndromèdeZone Flashback : Voie Lactée
En ce qui concerne les rps, désormais, tu y as accès comme bon te semble ! Tu peux néanmoins aller demander un rp si tu n'as pas de compagnon, voir même te détendre dans la secion RPs hors-jeu en démarrant  !

la section hors-jeu ;
Voter sur les Top sitesjouer aux JeuxFlooder

Le hors-jeu est l'une des parties les plus importantes du forum. C'est dedans que tu peux jouer aux jeux, flooder, voter aux top site, poster ta galerie d'art ou de n'importe quoi d'autre ; en bref, tout ce qui te concerne toi ou tout ce qui tourne autour de l'amusement sans prise de tête. Le flood fait vivre le forum alors n'hésite surtout pas à spamer cette partie !

les aides & guides ;
le Guide du Novicela carte de la galaxieLes NIVEAUX et l'XPles succèsles crédits conciliensla Chronologiele codex du forum

Tout ce qui te sera utile tout au long de ton séjour ici se trouve dans ces liens raccourcis. Nous avons mis à ta disposition des montagnes d'informations nommées Le Codex afin que tu puisses t'y retrouver plus facilement dans l'univers de Mass Effect !
Le guide du novice est là pour toi si tu veux revoir les bases du forum rpg, ce que tu as d'exclusif sur Mass Effect Insurrection ou si tu veux revoir quelques bases sur la saga de jeu ; les annexes sont ici pour t'indiquer les membres du staff et t'expliquer le fonctionnement de certains systèmes au sein du forum -sans oublier t'énumérer toute classe présentes dans Mass Effect ; et enfin, Le Codex comme cité plus haut est fait pour tes recherches sur l'univers des jeux.


Sur ce, je te souhaite une bonne aventure parmi nous ! Te joindras-tu avec les plus héroïques afin de préserver cette paix sensible en Andromède, ou au contraire, plongeras-tu la galaxie dans le chaos ?



Bienvenue sur Mass Effect : Insurrection !




PROCHAIN NIV. :
Contenu sponsorisé
0
0
Posté